International

 
International - 04-Dec-2015
ONU : L'ORGANISATION DE L'ÉTAT ISLAMIQUE MISE SUR LA LIBYE
L'organisation de l'État Islamique (Ei) peut compter en Libye sur un nombre de combattants oscillant entre 2000 et 3000. Grâce à eux, les autorités de l'Ei entendent étendre leur contrôle sur le territoire de ce pays nord-africain, a soutenu un rapport présenté devant le Conseil de Sécurité, selon lequel le groupe dirigé par Abou Bakr al Baghdadi n'est que l'une des multiples factions armées qui sévissent en territoire libyen.

Par ailleurs, la notoriété dont bénéficie ce groupe armé pour ses actions en Irak et en Syrie contribue à en faire une menace évidente à court et long termes en Libye. Le "califat" aurait en effet misé sur ce même pays pour développer sa présence du Moyen-Orient à l'Afrique du Nord.

En même temps, toutefois, l'Ei se heurte en Libye à une forte résistance des populations locales à des difficultés dans le tissage et le maintien d'alliances locales.

Les huit auteurs du rapport – de 24 pages – sont des experts indépendants nommés par le secrétaire général de l'Onu, Ban Ki-moon, pour superviser les sanctions internationales adoptées contre Al Qaeda et l'Ei.

La Libye, qui a sombré dans le chaos depuis le renversement et la mort successive en 2011 de Mouammar Kadhafi, est coupée en deux entre un parlement élu, rattaché à un gouvernement reconnu par la communauté internationale et sis dans la ville de Tobrouk (Est), et un gouvernement soutenu par les milices islamiques dans la capitale Tripoli. Dans cette lutte pour le pouvoir, à laquelle participent d'autres factions et groupes armés, comme Ansar al Sharia et Al Qaeda au Maghreb Islamique (Aqmi), l'Ei a profité de la situation pour renforcer son assise sur le territoire.

 

PDF