International

 
International - 03-Aug-2015
Mines, les militants cherchent une solution globale
Les délégués d'organisations luttant contre les activités minières provenant de 28 pays se sont rassemblés à Manille, aux Philippines, pour formuler un "mécanisme global du peuple" visant à affronter l'impact destructeur des mines et à le présenter aux Nations Unies avant la fin de l'année.

"Devant les Nations Unies, nous lutterons pour un traité contraignant donnant le droit aux peuples de poursuivre en justice les compagnies minières et de les obliger à rendre compte de leurs violations et de leurs crimes", a déclaré aux médias locaux Clemente Bautista, du Réseau Populaire Kalikasan pour l'Environnement, en précisant qu'il proposerait également la formation d'une commission chargée de superviser les industries minières. "Avec un mécanisme international, nous pourrons unir nos forces et présenter les affaires devant un tribunal international (…). Aujourd'hui, nous avons plus que jamais besoin que les peuples du monde entier s'unissent pour défendre leurs droits l'environnement. Il faut une solidarité internationale obligeant les gouvernements à prendre des mesures concrètes pour qu'il n'y ait pas d'exploitation", a déclaré aux médias l'avocat Selcuk Kozagacli, président des avocats progressistes de la Turquie. La rencontre de Manille a également débattu de l'impact sur les communautés locales de l'actuelle crise économique connue dans le secteur minier mondial. Les Philippines, pays organisateur de la rencontre, a servi de microcosme à la cries minière globale. Le secteur minier à grande échelle dans le pays est passé de 17 interventions opérationnelles en 1997 à 46 à l'heure actuelle et a généré 28,6 milliards de dollars, en termes de valeur de la production totale. "Une telle croissance du secteur n'a profité qu'à une poignée de compagnies minières transnationales en impliquant des coûts sur la vie des personnes et sur l'environnement", a conclu Bautista.
 

PDF