International

 
International - 19-Nov-2015
Index global des lieux où le terrorisme tue
Le terrorisme tue de plus en plus, mais dans une moindre part seulement en Europe dans le Nord de l'Amérique. Et l'organisation la plus brutale de toutes n'est pas celle de l'État Islamique (Ei) mais Boko Haram, ce groupe nigérian extrémiste qui aurait prêté allégeance au "calife" Abu Bakr al Baghdadi, mais qui opère en toute autonomie depuis sa naissance en 2002 : c'est ce que révèle le Global Terrorism Index 2015, publié par l'Institute for Economic and Peace, après les attentats de Paris, à partir de la classification de plus de 140.000 actes.

L'an dernier, le terrorisme a provoqué 32.658 morts, soit 80% de plus qu'en 2013. Dans 78% des cas, les victimes ont été enregistrées en Irak, en Afghanistan, au Nigeria, au Pakistan et en Syrie, et le nombre des pays recensant plus de 500 morts est passé de cinq à 11, avec l'entrée de la Somalie, de l'Ukraine, du Yémen, de la République Centrafricaine, du Soudan du Sud et du Cameroun. Le Nigeria est sans aucun doute le pays où la situation se détériore plus rapidement qu'ailleurs, le nombre des victimes provoquées par le terrorisme – 7512 – ayant augmenté jusqu'à 317% en l'espace d'un an seulement, avec la plupart d'entre elles causées par les attentats de Boko Haram. Cette dernière organisation se serait rendue responsable de la mort de 6644 personnes, alors que le rapport de l'Institute for Economic and Peace impute 6073 victimes aux alliés d'Al Baghdadi. Les experts de l'Institute for Economic and Peace, centre de recherches fondé par l'Université américaine du Maryland, observent que les pays les plus touchés se trouvent pour la plupart en Afrique et au Moyen-Orient. Les victimes enregistrées depuis 2000 en territoire de l'Union Européenne et en Amérique du Nord, attentats du 11 septembre inclus, ne s'élèvent qu'à 2,6% du total. Enfin, une référence au lien entre terrorisme et réfugiés : dix des 11 pays ayant compté plus de 500 morts en 2014 sont également ceux à l'origine du plus grand nombre de réfugiés.
 

PDF