Arabie saoudite

 
Arabie saoudite - 11-Nov-2013
Tensions à Riad: Troubles entre la police et des travailleurs immigrés
Les troubles advenus dans la nuit de dimanche à Riad, où des milliers de travailleurs immigrés en situation irrégulière se sont heurtés à l'intervention de la police, se sont soldés par au moins deux morts – dont un ressortissant étranger – et 68 blessés ainsi que par plus de 540 arrestations.

Dans la seule journée de ce lundi, à Manfuha, un des quartiers les plus pauvres de la capitale, les troubles se sont conclu par la reddition des travailleurs. Les immigrés, d'origine africaine pour la plupart, se sont soulevés depuis que les autorités locales ont commencé en début de mois à expulser les étrangers se trouvant dans le royaume sans un permis de séjour en règles. Ce durcissement des autorités découle de l'entrée en vigueur de nouvelles normes restrictives sur l'immigration, adoptées par le gouvernement pour combattre le taux élevé de chômage chez les jeunes Saoudiens.

Ces nouvelles dispositions alimentent néanmoins de fortes tensions avec les pays dont proviennent la plupart de la main d'œuvre à bas prix, comme l'Ethiopie. Le ministre éthiopien des affaires étrangères a qualifié d'"inacceptables" les violences auxquelles certains de ses compatriotes auraient été exposés au cours des semaines passées et a invité les autorités saoudiennes à ouvrir des "enquêtes approfondies" sur les faits.

Certains articles de la presse saoudienne – fortement contrôlée par le régime – indiquent que les troubles à Manfuha ont éclaté samedi, où des travailleurs immigrés auraient agressé des habitants riverains au moyen de pierres et de couteaux. Dimanche, les forces de l'ordre ont isolé la zone et, avec la collaboration des forces spéciales, sont entrées en action en procédant à des centaines d'arrestations.

L'Arabie Saoudite abrite près de neuf millions de travailleurs étrangers, d'origine africaine, asiatique et d'autres pays arabes pour la plupart, sur un population de 28 millions de personnes. Avant l'entrée en vigueur de cette nouvelle loi, une amnistie de cinq mois a permis à quatre millions de travailleurs immigrés de régulariser leur situation, tandis que près de 500.000 ressortissants asiatiques – bengalais, indiens, philippines, népalais et pakistanais – ont choisi de quitter le pays.

De surcroît, pendant les seules 10 dernières années, près de 300.000 Yéménites irréguliers auraient franchi à pied la frontière pour rentrer dans leur pays d'origine.

 

PDF