Arabie saoudite

 
Arabie saoudite - 31-May-2013
L'étau se resserre autour des migrants irréguliers
Des dizaines de milliers de travailleurs clandestins s'apprêtent à quitter l'Arabie Saoudite, où entreront en vigueur, à partir du 3 juillet prochain, les nouvelles normes et contrôles relatifs pour vérifier les permis de séjour des étrangers dans le pays.

En vertu de la réglementation récemment approuvée par les autorités de Riad – Nitaqat Law – les immigrés présents dans le royaume ne pourront travailler que pour les entreprises aptes à leur fournir un permis de travail.

L'entrée en vigueur de cette nouvelle réglementation a été précédée d'un délai de trois mois accordé par le roi Abdallah Ben Abdel Aziz à tous ceux qui étaient déjà en possession d'un visa ("iqama") et souhaitaient régulariser leur situation dans le pays.

Cependant, à partir du mois de juillet, les étrangers dépourvus de permis en règles ainsi que leurs employeurs encourront de lourdes amendes, le rapatriement – volontaire ou forcé – et l'inscription sur une "liste noire" des autorités.

En vertu de la loi qui était jusque là en vigueur, les travailleurs étrangers pouvaient se contenter d'avoir comme références une entreprise ou un simple habitant saoudien. Le plus souvent, les immigrés payaient pour cela une grosse somme d'argent et, une fois entrés dans le pays, cherchaient un autre emploi, mieux rémunéré, sans renouveler leurs papiers. Dans d'autres cas, les étrangers entraient en Arabie Saoudite avec un visa de pèlerinage et y demeuraient dans la clandestinité.

Les autorités ont décidé de resserrer l'étau afin de diminuer la présence de travailleurs étrangers – provenant pour la plupart de pays arabes ou du Sud-est asiatique – et pour favoriser l'embauche de ressortissants saoudiens tout en contenant la perte d'argent dérivée des sommes envoyées à l'étranger par les immigrés et estimées à un total de plus de 7 milliards de dollars par an. Toujours dans le cadre de cette nouvelle politique, conçue pour réduire le chômage – qui s'élève à 12% – les entreprises saoudiennes seront à leur tour obligées au respect d'une certaine proportion d'employés nationaux au sein de leur personnel, à savoir un Saoudien au moins pour 10 travailleurs étrangers.

Selon les statistiques fournies par le régime, près de 200.000 immigrés irréguliers auraient été expulsés au cours des mois passés. Sur une population totale d'environ 27 millions d'habitants, l'Arabie Saoudite compte 8 millions d'étrangers et deux millions de travailleurs irréguliers et par conséquent, d'après la loi en vigueur dans le pays, sans permis de séjour.

 

PDF