Turquie

 
Turquie - 24-Nov-2017
Nouvelle aggravation de la crise au sein des 24 écoles des minorités religieuses demeurées en service
Les 24 établissements scolaires appartenant à des fondations et organismes liés à des minorités chrétiennes présentes en Turquie vivent actuellement une nouvelle phase critique qui met en danger leur survie même. Le début de la nouvelle année scolaire a fait enregistrer pour nombre d’entre elles une diminution du nombre des inscrits qui pourrait pousser certains de ces instituts à fermer leurs portes.

C’est ce que dénonce Toros Alcan, Président de la Fondation de l’école arménienne Sur Hac Tibrevank et représentant des Fondations des minorités au sein de l’Assemblée des Fondations turques. Dans un certain nombre de déclarations, reprises par la presse turque, Toros Alcan a indiqué parmi les facteurs déterminants de la crise des écoles des minorités la législation qui assimile les instituts scolaires aux instituts privés, réduisant de manière notable les formes d’aide publique auxquelles ils peuvent accéder. Toros Alcan a rappelé que les écoles liées aux minorités oeuvrent sans but lucratif, que leurs droits sont garantis par le Traité de Lausanne et que leur statut ne peut être homologué à celui des écoles privées.
Au cours des dernières années de l’Empire ottoman, les écoles appartenant aux communautés minoritaires sur le territoire de la Turquie actuelle étaient au nombre de 6.437. Leur nombre diminua de manière drastique pour arriver à celui de 138 au cours des années ayant suivi la fondation de la République turque, lorsque la politique nationaliste du Comité Union et Progrès, visant à construire et à imposer le modèle unique du « citoyen turc », commença à inspirer la politique d’expulsion des groupes minoritaires. La mentalité nationaliste voyait également les établissements scolaires des minorités comme des facteurs pouvant faire obstacle à ce processus d’homologation.
Récemment, en particulier entre 2014 et 2015 (voir Fides 04/11/2014), a été enregistrée une croissance sensible du nombre des écoles appartenant à des fondations et organismes liés aux communautés chrétiennes présentes en Turquie et autorisées à recevoir un soutien financier de la part de l’Etat. Au cours de cette année scolaire, les écoles appartenant à des Fondations liées aux différentes communautés chrétiennes étaient devenues 55 dont 36 appartenant à la communauté arménienne, 18 à la communauté grecque et une école maternelle appartenant à la communauté syro orthodoxe. L’année suivante, le nombre de ce type d’écoles avait déjà subi une brusque diminution, passant au nombre de 24. Les difficultés ont surtout provoqué la fermeture d’écoles liées à la petite minorité grecque orthodoxe. Déjà à l’époque – indiquaient des sources locales consultées par l’Agence Fides – Maître Nurcan Kaya, Avocat turc et Coordinateur du groupe pour les droits des minorités, soulignait l’urgence de déterminer un cadre normatif déterminant les droits et devoirs de ces établissements d’enseignement, en précisant les mécanismes de financement public et en éliminant l’obligation de la nationalité turque des élèves – clause qui réduit sensiblement le nombre des élèves potentiels. (GV) (Agence Fides 24/11/2017)
 

PDF