Liban

 
Liban - 06-Jul-2017
Déclarations des Evêques maronites sur la prolifération des armes parmi la population
La prolifération des armes chez les particuliers inquiète les Evêques maronites, qui appellent les autorités libanaises à la combattre au travers de mesures efficaces, sans aucune tolérance ou couverture politique envers un phénomène qui représente un facteur de risque objectif pour la coexistence à l’intérieur du pays. Les Evêques maronites ont exprimé ces préoccupations le 5 juillet dans le cadre de leur réunion mensuelle, qui a eu lieu au siège patriarcal de Bkerkè sous la présidence du Patriarche d’Antioche des Maronites, S.Em. le Cardinal Bechara Boutros Rai.

Ce phénomène – indique le communiqué diffusé après la rencontre – est également lié à l’augmentation du niveau de criminalité de droit commun, une donnée alarmante pour une société qui semble avoir perdu « tout frein moral et légal ». Dans le communiqué final, parvenu à l’Agence Fides, les Evêques stigmatisent également l’augmentation effrénée de la corruption tout en rendant hommage dans le même temps aux efforts du Président Michel Aoun visant à donner « un nouvel élan au pays et au niveau du gouvernement ».
Le 5 juillet, la question de la diffusion des armes parmi les civils et en particulier parmi les réfugiés syriens a également été au centre de vives discussions au sein du gouvernement. Au cours de ces derniers jours, la majeure partie des 80 personnes arrêtées récemment pour avoir ouvert le feu au cours de moments de fête et de célébrations avait été libérée. A cet égard, le Ministre de l’Intérieur, Nouhad Machnouk, avait affirmé que de telles remises en liberté avaient eu lieu suite à « des pressions politiques », suscitant la réaction énergique du Ministre de la Justice, Salim Jreissati.
Ce qui suscite l’appréhension au sein de la société libanaise est surtout la présence d’armes à l’intérieur des camps accueillant les réfugiés provenant de Syrie. Vendredi dernier, l’armée libanaise a effectué une série d’opérations dans les camps de réfugiés d’al Nour et d’al Qariya, dans la région d’Ersal, à la frontière syrienne, où auraient également été présents des groupes djihadistes. Au cours des opérations en question, selon des sources des forces armées, ont été arrêtées quelques 300 personnes et a été enregistrée une attaque suicide de la part de cinq terroristes ayant blessé sept militaires et provoqué la mort d’une fillette. (GV) (Agence Fides 06/07/2017)
 

PDF