Libéria

 
Libéria - 22-Aug-2014
Un nonce raconte la lutte difficile contre l'épidémie d'Ébola
Interrogé par la MISNA, Monseigneur Miroslaw Adamczyk, nonce apostolique au Liberia et en Sierra Leone assure qu'il faut de la “rigueur” pour endiguer l'épidémie d'ébola, mais il faut également faire le maximum pour rendre le moins difficiles possibles les conditions de vie des communautés mises en quarantaine.

Ce matin, des troubles ont eu lieu à West Point, quartier de Monrovia entouré de militaires et policiers chargés d'assurer le respect de l'isolement disposé par les autorités. Selon certains médias, certains soldats ont été obligés de tirer des coups de feu contre des habitants qui souhaitaient rejoindre d'autres quartiers afin d'acheter des aliments et travailler. Il y aurait eu au moins trois blessés. La mise en quarantaine de West Point a débuté quelques jours après l'assaut d'un groupe d'habitants dans un centre de soins où certains malades suspectés d'être touchés par l'épidémie d'Ebola, entrés ensuite en contact avec la population. « Au Liberia, les victimes et les cas de contagion continuent d'augmenter et il est évident qu'on ne pourra mettre fin à l'épidémie qu'en appliquant de manière rigoureuse les mesures de prévention. Mais maintenant, la population souffre également des répercussions économiques de l'épidémie : la restriction des déplacements réduit la disponibilité de produits essentiels comme le riz ou l'huile, ce qui cause une pénurie et une augmentation des prix » souligne Monseigneur Adamczyk. Cet isolement devra durer au moins trois semaines, le temps maximum d'incubation d'Ebola. Mais pour contenir l'épidémie, il faudra également réduire le nombre de contagions entre le membres du corps médical car « le nombre élevé d'infirmières et de docteurs ayant contracté le virus est souvent la conséquence du manque d'équipements adaptés dans les hôpitaux » assure le nonce apostolique. Avec 576 cas jusqu'à présent, le Liberia est le pays ayant enregistré le plus de victimes. La situation reste cependant difficile dans d'autres pays de l'Afrique de l'ouest, en particulier en Sierra Leone.
 

PDF