Libéria

 
Libéria - 20-Mar-2013
La pétition pour un "État chrétien" divise l'Église
Selon des sources de la MISNA à Monrovia, les représentants de plusieurs Églises ont présenté une pétition dans laquelle il demande aux députés de réformer la Constitution pour faire devenir le Liberia, aujourd'hui État laïque, un « État chrétien ». Les mêmes sources ont souligné les risques que pourrait comporter un tel choix pour le dialogue avec la minorité musulmane.

Selon ces sources, la pétition a été remise au terme d'un cortège qui hier a traversé le centre de la capitale. Cette manifestation a été organisée par plusieurs Églises, avant tout pentecôtistes et évangéliques, sans pouvoir toutefois compter sur l'adhésion du clergé et des évêques catholiques.

D'après des déclarations faites à la MISNA, « l'Église catholique est très respectée par tous les fidèles et prend en particulier en considération l'exigence du dialogue avec les musulmans ». Toujours selon les mêmes sources, le « respect » et la « précaution » font essentiellement partis de la ligne de monseigneur Lewis Jerome Zeigler, archevêque de Monrovia et président de la Conférence épiscopale du Liberia.

La pétition demande aux députés de corriger l'article 91 de la Constitution, en vigueur depuis 1986. Cet article stipule qu'en Liberia, « aucun groupe religieux sera privilégié » et l'engagement de l'État pour la « tolérance religieuse » est rappelé. Les Églises à l'origine de cette initiative retiennent nécessaire le retour à la formulation contenue dans la Charte fondamentale, entrée en vigueur avec la naissance du Liberia, en 1847. Il s'agit d'un texte à l'exemple de la Constitution américaine, qui interdit les « privilèges exclusifs » ou « traitements préférentiels » en faveur d' « un groupe chrétien » au détriment d'un autre.

Le Liberia est l'un des nombreux pays d'Afrique de l'ouest, où la population est divisée entre les chrétiens, musulmans et les partisans des religions plus traditionnelles. Selon des données de 2010, environ 12% des habitants sont musulmans. Les chrétiens, prenant en considération les fidèles des différentes Églises, représentent la majorité. La présence des catholiques est estimée à environ 6%.

 

PDF