Jordanie

 
Jordanie - 25-Jan-2013
Les réfugiés syriens augmentent: Le récit d'une missionnaire
"Nous travaillons dans l'urgence et j'ignore combien de temps nous pourrons encore continuer. L'afflux des réfugiés est massif et nous nous trouvons dans une zone isolée qui ne bénéficie pas des aides d'organisations internationales et du gouvernement jordanien", a raconté à la MISNA Alessandra Fumagalli, missionnaire combonienne qui opère à l'hôpital de Karak, à mi-chemin entre Amman et Pétra, dans le Sud du pays.

C'est là que près de 10.000 réfugiés syriens demandent de l'aide, loin des camps de réfugiés installés dans le nord, à la frontière de la Syrie, déjà surpeuplés.

"La plupart des personnes auxquelles nous portons assistance sont des femmes et des enfants. Ces gens ont perdu leurs familles et leurs maris et sont venus en Jordanie où ils ont des parents. Ils cherchent refuge ici parce que les camps se situent en plein désert, et maintenant, en hiver, il fait très froid. Ici, au moins, ils sont plus proches des zones urbaines", explique la missionnaire qui gère l'hôpital italien avec cinq autres consœurs et plus de 70 employés. La structure, fondée en 1939, est la seule clinique équipée de la région et dispose d'environ 40 lits.

"Nous ne pouvons pas les renvoyer, d'autant plus que l'hôpital le plus proche se trouve à plus de 300 kilomètres. Beaucoup des gens que nous recevons ne pourraient pas y arriver", dit la religieuse.

Selon les estimations du Haut commissariat aux réfugiés (Hcr), depuis le 1er janvier, 30.000 Syriens ont franchi la frontière, fuyant la guerre et les privations. Dans la seule journée de jeudi, 4400 d'entre eux ont gagné le camp de Zaatari et 2000 autres pendant la nuit.

Quant aux Jordaniens, "ils font tout leur possible. Leurs liens avec les Syriens sont très fort tant d'un point de vue historique que culturel", observe la missionnaire, qui conclut : "Moi, en cinq ans, tout d'abord avec l'urgence irakienne et maintenant avec celle syrienne, je n'ai jamais ressenti aucune tension avec les communautés locales".

 

PDF