Jordanie

 
Jordanie - 24-Jan-2013
Élections législatives: Opérations de dépouillement en cours, affluence massive aux urnes
Le risque de désertion aux urnes dans le cadre des élections parlementaires ne s'est pas réalisé : selon les estimations diffusées par la Commission électorale indépendante, plus de 56% des inscrits ont voté mercredi pour élire les membres de la nouvelle assemblée législative. Pourtant, le boycott annoncé par les Frères musulmans, principale force de l'opposition dans le pays, avait laissé craindre une affluence réduite des électeurs.

Cependant, dans un communiqué, les Frères musulmans contestent l'estimation diffusée par la Commission, faisant état d'un taux de participation pas plus élevé que 20% de l'électorat. Ces derniers mois, les forces de l'opposition ont insisté pour la mise en œuvre rapide de réformes visant à réduire les pouvoirs du roi, séparer les pouvoirs de l'Etat afin de protéger l'autorité judiciaire et le parlement des ingérences du gouvernement.

Plusieurs sources et les nombreux journalistes présents dans le pays pour suivre les élections évoquent néanmoins une affluence massive des électeurs, surtout en fin d'après-midi, qui aurait obligé à retarder d'une heure la fermeture des bureaux de vote.

Près de 1500 candidats sont en lice pour les 150 sièges vacants au parlement. Malgré une récente modification du code électoral, la configuration géographique du scrutin n'a pas changé : les zones rurales, plus traditionnelles et fidèles à la famille régnante, sont sur-représentées, au détriment des aires urbaines plus politisées.

Selon le quotidien Jordan Times, "les observateurs arabes et étrangers ont confirmé qu'aucun épisode grave de violation ne s'est vérifié" et que le scrutin s'est déroulé dans le calme.

À la différence des événements advenus en Egypte et en Tunisie, protagonistes du dit Printemps arabe qui a destitué des gouvernements au pouvoir depuis des décennies, les Frères musulmans se heurtent en Jordanie à la forte assise de la monarchie hachémite, solidement ancrée et encore relativement populaire, malgré les massives protestations des derniers mois contre la vie chère et les mesures d'austérité approuvées pour faire face à la crise économique.

 

PDF