Niger

 
Niger - 12-Jun-2013
Niamey: Attaque d'un commando armé contre une caserne de police
Un commando d'hommes armés a attaqué dans la nuit de mardi une caserne de la police militaire dans la périphérie de la capitale Niamey, avant d'engager une bataille contre les agents qui ont repoussé leurs assaillants, ont indiqué à la MISNA des sources contactées sur place, et selon lesquelles les activités quotidiennes de la population ont repris normalement ce mercredi.

Les échanges armés se sont vérifiés à proximité d'une caserne située dans le quartier nord de Koïra-Tégui. Selon la reconstitution des faits fournie par certains officiers, et non confirmée par les sources locales de la MISNA, les combats n'auraient causé ni victime ni blessé. Le ministre nigérien de la Défense, Karidjo Mahamadou, a quant à lui soutenu que les membres de ce commando avaient été repoussés et que ceux-ci avaient fui en pleine nuit dans des véhicules tout-terrain.

Le vice-président de l'Association nigérienne des Droits de l'homme, Djibril Habarchi, a confirmé à la MISNA que des affrontements armés avaient effectivement eu lieu, tout en assurant que les activités quotidiennes de la ville ont repris régulièrement ce mercredi. "Les gens sont retournés au travail, comme ils le font tous les jours et pour l'instant, la situation en ville semble normale", dit le militant.

Le 23 mai dernier, deux attentats à la dynamite advenus au Niger avaient été revendiqués par des groupes d'inspiration islamiste, la Brigade des frères de sang et le Mouvement pour l'unité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Des kamikazes au volant de voitures piégées avaient pris pour cible une base de l'armée et une mine d'uranium situées dans le Nord du Niger, tuant une vingtaine de personnes, des militaires pour la plupart. Cette année, la caserne de Koïra-Tégui a abrité un contingent de soldats du Tchad partis pour le Mali afin d'y prendre part aux opérations militaires contre les groupes rebelles touareg et islamistes qui ont contrôlé le Nord de ce pays voisin jusqu'en janvier.

 

PDF