Niger

 
Niger - 14-Aug-2013
L'opposition entre au sein du nouveau gouvernement d'union
Le président Mahamadou Issoufou a annoncé l'inclusion de certains leaders de l'opposition au sein du nouveau gouvernement d'union nationale, formé après les attaques d'Agadez et d'Arlit, revendiquées par une cellule d'Al Qaeda au Maghreb Islamique (Aqmi) au mois de mai.

Dans un communiqué, la présidence a annoncé que le nouvel exécutif se composait de 37 membres, contre les 26 du précédent. M. Issoufou a confirmé le Premier ministre dans sa fonction et conservé le contrôle sur les principaux ministères, comme ceux des Affaires étrangères et de la défense.

Le communiqué n'a néanmoins pas précisé le nombre de ministères qui ont été confiés à des membres de l'Alliance pour la réconciliation nationale, de l'opposition.

Le 16 mai dernier, des hommes armés ont attaqué une mine d'uranium appartenant à la compagnie française Areva, à Arlit, ainsi qu'une caserne de l'armée à Agadez : ces deux attaques – revendiquées par Mokhtar Belmokhtar, milicien algérien et ancien chef d'Aqmi, désormais à la tête de la Brigade des frères de sang (Katiba al Mulathamin) – ont provoqué 25 morts et 30 blessés.

Le 2 août, le président Issoufou a annoncé qu'en vertu des nouveaux enjeux relatifs à la sécurité, le Niger aurait dû s'unir derrière un exécutif fort, formé de toutes les mouvances démocratiques présentes.

 

PDF