Chili

 
Chili - 05-Jan-2018
Rencontres privées entre le Pape et des représentants indigènes tant au Chili qu'au Pérou
Dans le cadre de la désormais imminente visite apostolique au Chili et au Pérou, qui se déroulera du 15 au 21 janvier, le Pape François déjeunera à deux reprises, en privé, avec un groupe restreint de représentants des populations indigènes, historiquement persécutées, discriminées, appauvries et privées de leurs droits. A Temuco, « le Pape a demandé à rencontrer des personnes simples et des représentants de la communauté d’Araucanie » a confirmé à l’Agence Fides le porte-parole de la Commission locale s’occupant de la visite apostolique, le Pr. Arturo Hernández Sallés.

Le Souverain Pontife « veut connaître directement à la source la réalité locale » a-t-il affirmé. L’Araucanie est la terre historiquement réclamée par les Mapuches, peuple autochtone qui déclara la guerre aux colonisateurs espagnols à partir du XVI° siècle et le conflit, aujourd’hui avec le gouvernement chilien, n’est pas encore résolu. L’Eglise est considérée par certains d’entre eux comme une possible médiatrice et par d’autres, minoritaires, comme une complice de l’Etat.
La situation au Pérou est bien différente. En effet, en particulier dans la région amazonienne, les indigènes sont en grande partie catholiques ou dans tous les cas chrétiens appartenant à d’autres communautés chrétiennes et leur existence même est menacée par l’exploitation illicite des ressources naturelles. Là, à Puerto Maldonado, neuf représentants des communautés autochtones amazoniennes déjeuneront en privé avec le Pape. C’est ce qu’a indiqué le Secrétaire adjoint de la Conférence épiscopale péruvienne, le Père Guillermo Inca. Cette rencontre, ainsi que celle avec quelques 3.500 indigènes dans le palais des sport Colisée Mère de Dieu (voir Fides 15/12/2017) sera fondamentale également pour la préparation du Synode spécial pour la région pan-amazonienne convoqué par le Saint-Père pour octobre 2019. (SM) (Agence Fides 05/01/2018)
 

PDF