Égypte

 
Égypte - 27-May-2017
Commentaires du responsable des communications de l'Episcopat égyptien sur le massacre de coptes du 26 mai
« Le massacre de chrétiens coptes constitue une réponse de la part des terroristes au discours tenu par le Président égyptien Abdel Fattah al-Sisi à la conférence entre Etats-Unis et monde arabo-islamique, qui a eu lieu la semaine dernière en Arabie Saoudite » déclare à l’Agence Fides le Père Rafic Greiche, prêtre gréco catholique et responsable des communications de l’Episcopat égyptien, commentant le massacre d’au moins 29 coptes perpétré hier, 26 mai, par une dizaine de djihadistes dans la localité de Minya, dans le sud de l’Egypte.

« Il s’est agi d’un discours très fort et très franc contre l’intégrisme et le radicalisme » explique le Père Greiche. « Je pense en outre – ajoute le prêtre – que les terroristes cherchent à diviser la population égyptienne en semant la zizanie entre chrétiens et musulmans. Jusqu’ici, ils n’y sont pas parvenus et la population s’est même unie dans le rejet de la violence ».
Selon le Père Greiche, « les terroristes ont pour objectif à long terme d’expulser les chrétiens d’Egypte, comme cela a été le cas en Irak, où, dès que le prétendu « Etat islamique » a pris Mossoul, la première chose qu’il a faite a été d’en chasser l’ensemble des chrétiens. Le même phénomène s’est produit en Syrie, au Soudan et maintenant, ils cherchent à le reproduire en Egypte, pays qui possède la première communauté chrétienne du Proche-Orient et la plus importante communauté islamique du monde arabe ».
« Les chrétiens du reste du monde peuvent nous aider en premier lieu au travers de la prière. Ensuite, ils peuvent le faire en ne permettant pas que le radicalisme religieux et le terrorisme islamiste prennent pied dans leurs pays. Il faut promouvoir un discours religieux modéré non seulement en Egypte mais également en Europe. Dans les mosquées d’Europe, il existe des imams qui font des discours radicaux et incendiaires. Enfin, aidez-nous à faire en sorte que nos fidèles puissent obtenir une meilleure instruction » conclut le Père Greiche. (L.M.) (Agence Fides 27/05/2017)
 

PDF