Égypte

 
Égypte - 06-Oct-2017
Appel des familles des « martyrs de Libye » au gouvernement égyptien à propos de la confirmation de la découverte des corps
Les familles des 21 coptes égorgés en Libye en 2015 par des djihadistes affiliés au prétendu « Etat islamique » ont adressé au Ministère des Affaires étrangères égyptien une requête urgente visant à obtenir la confirmation de la découverte des dépouilles mortelles de leurs chers disparus, annoncée le 28 septembre dernier par le Procureur général libyen, Al Sadiq al Sour.

Dans le message repris par les moyens de communication locaux, les familles des victimes du massacre expriment la crainte que quelqu’un puisse jouer avec les sentiments les plus intimes des personnes dans le seul but d’obtenir un effet d’annonce et d’attirer l’attention des moyens de communication, mortifiant le désirs des familles des victimes de pouvoir enterrer et honorer de manière dignes leurs êtres chers.
Le 28 septembre, le Procureur général libyen avait annoncé, dans le cadre d’une conférence de presse, l’identification du lieu où se trouvaient ensevelis les dépouilles mortelles des 21 coptes égorgés par des djihadistes en février 2015. Depuis ce moment – peut-on lire dans l’appel adressé par les familles des martyrs au gouvernement – « tous ont commencé à prier en demandant à ce que les corps des martyrs puissent revenir bientôt en Egypte, au sein de leur Eglise, et qu’ils deviennent une bénédiction pour tout le pays ». Cependant, depuis cette date, aucun indice certain de cette découverte n’a été fourni par les autorités libyennes à leurs homologues égyptiennes. Dans les moyens de communication des deux pays, ont commencé à circuler une masse de suppositions et d’indiscrétions contradictoires, dont certaines démentaient l’annonce faite par le Procureur général libyen. Les familles des martyrs, dans leur appel, expriment le so upçon de voir leurs sentiments les plus profonds offensés par des jeux politiques obscurs et sans pitié.
En février 2015, le massacre de ces 21 coptes égyptiens avait été revendiqué par des djihadistes au travers de la diffusion en ligne d’une vidéo macabre retraçant les phases de la décapitation collective. Une semaine plus tard, le Patriarche copte orthodoxe, Tawadros II, décida d’inscrire les 21 personnes égorgées par le prétendu « Etat islamique » en Libye au Synaxarium, le livre des martyrs de l’Eglise copte orthodoxe, établissant que leur mémoire sera célébrée le 15 février. (GV) (Agence Fides 06/10/2017)
 

PDF