Cameroun

 
Cameroun - 10-Jan-2017
Besoins de thérapies médicales et de réhabilitation au profit de milliers d'enfants handicapés
Le Cameroun est l’un des Etats africains ayant la plus forte incidence de handicap chez les enfants. Selon les estimations de l’UNICEF, 23% des personnes de 2 à 9 ans vivent avec au moins un type de dysfonction mentale et motrice, souvent due suite à des maladies telles que le paludisme, la lèpre, la rougeole et rendues encore plus invalidante par la malnutrition.

Afin d’apporter une réponse au manque d’assistance sanitaire au profit des enfants orphelins et handicapés a été créée voici plus de 35 ans au sud du Cameroun l’organisation humanitaire Dokita Onlus, qui a été à l’origine de divers centres spécialisés, dont le Foyer de l’Esperance, sis à Sangmelima, où chaque année plus de 6.000 enfants et jeunes handicapés peuvent bénéficier de soins médicaux et de thérapies de réhabilitation.
Selon la note parvenue à l’Agence Fides, le responsable en est Sœur Laura Figueroa, missionnaire de la Congrégation des Filles de l’Immaculée Conception, contrepartie locale de Dokita et référence vitale pour des milliers d’enfants handicapés. Pour soutenir l’action de la religieuse et du Foyer de l’Esperance, Dokita Onlus a lancé jusqu’au 28 janvier la campagne « Tous égaux » dont les recettes serviront à acquérir de nouveaux appareils pour les soins physiothérapiques et pour le laboratoire de confection des prothèses, en vue du soutien scolaire des enfants de l’enseignement primaire ayant des besoins particuliers et à réaliser différents projets d’intégration sociale, économique et culturelle au profit de jeunes handicapés. (AP) (Agence Fides 10/01/2017)
 

PDF