Nicaragua

 
Nicaragua - 22-Apr-2016
Manifestation contre le canal interocéanique et déclarations de l'Evêque de Matagalpa
La présence militaire et de la police sur le parcours que suivra la IV° Marche nationale contre le canal interocéanique, prévue pour ce jour, 22 avril, en Nueva Guinea, « fait peur » à la population ainsi que l'a mis en évidence l'Evêque de Matagalpa, S.Exc. Mgr Rolando Alvarez Lagos.

Selon Mgr Alvarez Lagos, qui a été présent lors d'autres manifestations populaires ayant eu lieu sur le territoire de son Diocèse, la population doit manifester, elle doit s'exprimer : « Il est toujours bien de laisser faire ces marches aux citoyens pour leurs demandes, de les laisser libres dans le cadre de leurs manifestations, de leurs expressions personnelles, politiques et économiques comme celles-ci. Dans tous les cas, ils ne doivent jamais altérer ou troubler le calme du reste de la société ».
L'Evêque a ensuite ajouté : « A chaque fois que la force ou la présence militaire est utilisée, cela ne constitue pas un bon signe au sein de la société du Nicaragua. Trop de présence militaire dans le cadre de mobilisations de citoyens constitue plutôt une marque de faiblesse. Il semble que l'on ait peur du peuple ».
Selon des informations locales, dès hier, des postes militaires ont été mis en place sur presque tout le parcours de la Marche organisée pour aujourd'hui, sachant que des groupes de la police nationale ont également été organisés. La population marche pour protester contre la désinformation relative aux accords concernant le projet de Grand Canal interocéanique qui traversera tout le pays sans prendre en considération, selon les manifestants, les graves dommages à l'environnement et à la population qu'il causera (voir Fides 28/10/2015). L'Eglise catholique a, elle aussi, plusieurs fois demandé des explications aux autorités (voir Fides 15/06/2015). (CE) (Agence Fides 22/04/2016)
 

PDF