Asie_General

 
Asie_General - 28-Feb-2017
Vers un modèle d'entreprise centré sur l'être humain, selon l'Encyclique Laudato si'
Vingt-deux pays asiatiques ont fait part de leur intérêt et adhéré à l’initiative promue par la Banque mondiale intitulée « Human centered business model: a holistic approach to a new model of doing business ».

L’initiative naît de la conviction que la crise historique en cours demande des solutions innovantes pour combattre l’iniquité, les conflits sociaux, la pollution, la destruction des ressources naturelles, le changement climatique et la détérioration des paysages urbains et ruraux, qui sont toutes des problématiques bien présentes et discutées dans de nombreux pays asiatiques, dans lesquels les communautés chrétiennes ont, elles aussi, toujours apporté leur contribution, en particulier après la publication de l’Encyclique Laudato si’ du Pape François.
Le « Global Forum on law, justice and development » de la Banque mondiale, a promu un nouveau modèle d’entreprise, centré sur l’être humain, en syntonie avec le besoin urgent de repenser les modes de production suivant l’Agenda ONU 2030 pour le Développement durable. La Banque mondiale indique clairement « la nécessité d’identifier des modalités socialement responsables de production et de consommation, compatibles avec la recherche d’un juste profit mais également avec la cohésion sociale et le respect de l’environnement ».
Ainsi que l’a appris Fides, le projet, qui a trouvé des échos dans des pays asiatiques et rencontré l’intérêt de nombreux responsables chrétiens, entend contribuer à développer et à expérimenter sur le terrain un nouveau modèle d’entreprise économiquement soutenable, respectueux des droits fondamentaux, de l’environnement et des communautés locales dans lesquelles il s’insert.
Le projet entend impliquer de manière active des acteurs institutionnels et privés et se structure autour de six piliers : suivre les principes guides (produire dans le respect des objectifs mondiaux de développement durable) ; créer de nouvelles formes juridiques ; élaborer des modalités innovantes de financement et des solutions fiscales pour supporter les entreprises qui adoptent ce modèle ; présenter des politiques d’entreprise respectueuses de la légalité et des standards environnementaux et éthiques ; garantir la formation et des systèmes de soutien technique spécialisés au cours de la phase de lancement des nouvelles entreprises en ayant recours à la collaboration d’universités, d’associations professionnelles et de communautés locales. (PA) (Agence Fides 28/02/2017)
 

PDF