Afrique Centrale

 
Afrique Centrale - 02-Aug-2017
Rapport de l'ONU sur les trafics de munitions provenant des pays limitrophes, causes de la pérennisation de l'instabilité dans le pays
Des munitions fabriquées en République du Congo et entrant en contrebande en République centrafricaine contribuent à alimenter l’instabilité dans laquelle se trouve le pays. C’est ce que dénonce le dernier rapport du groupe d’experts de l’ONU concernant la crise centrafricaine, lequel a relevé que, parmi les munitions confisquées aux différents groupes armés sévissant en Centrafrique, il s’en trouve qui proviennent de la Manufacture d’Armes et de Cartouches du Congo (MACC) de Pointe-Noire, la deuxième ville de République du Congo.

Les munitions passent en contrebande en Centrafrique soit directement à partir du Congo, soit au travers du territoire de la République démocratique du Congo (RDC) qui, à son tour, est victime d’incursions de mercenaires centrafricains. Selon l’ONU en effet, la Centrafrique constitue une base de recrutement pour des opérations militaires à mener en RDC.
Différentes zones de Centrafrique connaissent l’insécurité à cause de la présence de groupes armés composés d’anciens rebelles de la Seleka et de miliciens antibalakas. A Bangassou, 2.000 habitants musulmans sont, depuis des mois, réfugiés dans la Cathédrale à cause des menaces de mort qui pèsent sur eux de la part d’une milice antibalaka (voir Fides 24/07/2017). (L.M.) (Agence Fides 02/08/2017)
 

PDF