Iraq

 
Iraq - 26-Oct-2017
Nouvel appel au dialogue des Evêques irakiens face aux tensions persistantes dans la plaine de Ninive
Les formations connues sous le nom de « Brigades Babylone » ont attribué aux milices kurdes Peshmergas la responsabilité des opérations militaires qui, dans la soirée et la nuit du 24 octobre, ont poussé les habitants de Telkeif – centre urbain de la plaine de Ninive habité par des chrétiens – à quitter précipitamment leurs habitations pour se réfugier dans les villes et villages voisins.

Selon les responsables des « Brigades Babylone » - formation armée commandée par Rayan al Kildani, connu aussi sous le nom de Rayan le chaldéen, comprenant dans ses rangs également des chrétiens – les tirs d’artillerie qui ont atteint un quartier habité de la ville ont été effectués par les Peshmergas. On rappellera que les tirs en question avaient blessé notamment des enfants et provoqué l’exode de plus de 600 familles, qui n’avaient pu retourner chez elles seulement après la défaite des djihadistes du prétendu « Etat islamique ». D’autres sources anonymes citées par les moyens de communication affirment que l’évacuation aurait été effectuée sur la base d’indications provenant d’émissaires de l’armée irakienne, en vue d’une augmentation du niveau des affrontements avec les Peshmergas. Dans la ville déserte et privée d’énergie électrique, sont demeurés présents le Père Salar Kajo, prêtre chaldéen, et un certain nombre de ses collaborateurs.
Entre temps, les Evêques irakiens, au terme de leur rencontre annuelle intervenue à Bagdad les 24 et 25 octobre, ont de nouveau fait part de leur préoccupation s’agissant des tensions et des nouvelles menaces de conflit pesant sur l’une des zones de présence traditionnelle des communautés chrétiennes locales. Dans le document final de la rencontre, parvenu à l’Agence Fides, les Evêques irakiens ont invité les responsables politiques nationaux à « s’engager en faveur de la paix au travers du dialogue », demandant en outre à ce que les villes sises dans la plaine de Ninive ne fassent pas l’objet d’un partage entre les forces militaires opposées. (GV) (Agence Fides 26/10/2017)
 

PDF