Iraq

 
Iraq - 23-Nov-2017
Chrétiens et yézidis, destinataires préférentiels des fonds américains auparavant destinés aux programmes humanitaires de l'ONU
Les Etats-Unis confirment leur intention d’orienter vers les chrétiens, les yézidis et les autres groupes religieux minoritaires présents en Irak une partie des fonds destinés jusqu’à présent par l’Administration américaine aux programmes de développement organisés et gérés par les agences liées à l’ONU.

Cette confirmation est arrivée par l’intermédiaire du représentant permanent des Etats-Unis à l’ONU, Nikki Haley, qui, le 21 novembre, a fait part de l’intention en question dans le cadre d’une rencontre qu’elle a eu avec le Secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Nikki Haley lui a expliqué que l’actuelle administration américaine attribuera, comme elle l’a annoncé, une partie de ses contributions en faveur des programmes de développement de l’ONU à des mesures d’assistance bénéficiant en priorité aux communautés, « en particulier yézidies et chrétiennes en Irak » qui ont été objet de violences de la part du prétendu « Etat islamique ». Nikki Haley a également sollicité le Secrétaire général de l’ONU afin qu’il accorde la priorité dans ses fonctions au soutien des minorités religieuses persécutées. A. Guterres – indique un compte-rendu de la rencontre diffusé par le bureau de la représentation permanente américaine à l’ONU – « a apprécié la possibilité de collaborer avec l’Ambassadeur Haley sur cette priorité ».
Récemment, le Vice-président des Etats-Unis, Michael Pence, avait annoncé l’intention de l’administration américaine de gérer directement des financements et aides en faveur des chrétiens au Proche-Orient, en collaborant avec des organisations religieuses et non plus en passant par l’intermédiaire des organismes de l’ONU. Cette déclaration avait été faite le 25 octobre dernier (voir Fides 27/10/2017), en intervenant au dîner annuel de solidarité avec les chrétiens du Proche-Orient organisée à Washington par l’organisation américaine « En défense des chrétiens ». « Nous ne nous remettrons plus seulement aux Nations unies pour aider les chrétiens persécutés et les minorités » avait déclaré Michael Pence, indiquant que les agences fédérales « travailleront aux côtés des groupes de foi et des organisations privées pour aider ceux qui sont persécutés à cause de leur foi ». « Alors que les groupes d’inspiration religieuse disposant d’une compétence prouvée et de racines profondes au sein de ces communautés sont plus que désireuses d’aider – avait noté le Vice-président américain – les Nations unies ignorent trop souvent leurs demandes de financement ».
Lors d’un récent entretien, le Patriarche de Babylone des Chaldéens, S.B. Louis Raphaël I Sako, avait fait remarquer que « au cours de ces dernières années, au Proche-Orient, les chrétiens ont enduré des injustices, des violences et le terrorisme. Cependant, cela a été le cas aussi pour leurs frères irakiens musulmans et pour ceux d’autres fois religieuses. Il ne faut pas séparer les chrétiens des autres parce que de cette manière, la mentalité sectaire est alimentée ». (GV) (Agence Fides 23/11/2017)
 

PDF