Iraq

 
Iraq - 11-Dec-2017
Célébration de la fête de Saint Behnam par les chrétiens dans un sanctuaire à demi détruit par les djiahdistes
Des centaines de chrétiens irakiens ont pu participer hier, Dimanche 10 décembre, aux célébrations de la fête de Saint Behnam au Monastère sanctuaire où sont conservées les reliques du Saint. Le Monastère, sis à quelques kilomètres de la ville de Qaraqosh, dans la plaine de Ninive, se trouve en phase de reconstruction avec les graves dévastations subies de la main des djihadistes du prétendu « Etat islamique ».

Le projet de reconstruction de l’important lieu de culte est soutenu en particulier par l’Association française Fraternité en Irak. La participation massive de fidèles aux liturgies eucharistiques, célébrées en plein air, a constitué un signal important de la volonté des chrétiens irakiens de revenir à la normalité, scandée par les fêtes et les célébrations de l’année liturgique, dans les lieux de leur présence traditionnelle.
Les djihadistes du prétendu « Etat islamique » avaient chassé les moines syro catholiques du Monastère dès juillet 2014, alors que ceux-ci y avaient officié jusqu’à la veille. Des familles résidant dans les environs du Monastère avaient, elles aussi, été expulsées. Depuis lors, des préoccupations avaient été exprimées concernant le destin du patrimoine conservé au sein de l’antique monastère remontant au IV° siècle et dédié au Prince martyr assyrien Behnam et à sa sœur, Sarah, qui constitue l’un des lieux de culte les plus antiques et les plus vénérés du Christianisme syriaque. Quelques mois après le début de l’occupation djihadiste (voir Fides 15/10/2017), les miliciens du prétendu « Etat islamique » avaient éliminé l’ensemble des croix et livré aux flammes des manuscrits antiques conservés dans le Monastère. En 2015, ils l’avaient dévasté en grande partie par le biais d’explosions ciblées dans le cadre d’une furie destructrice qui n’avait pas épargnée la tombe du Saint.
En juillet dernier (voir Fides 17/07/2017), les Unités de protection de la plaine de Ninive (NPU) avaient accusé et arrêté certains membres de ce qu’il est convenu d’appeler les Brigades Babylone pour avoir saccagé des habitations de particuliers et des églises chrétiennes, y compris le Monastère de Saint Behnam.
Les Unités de protection de la plaine de Ninive représentent une organisation militarisée locale formée en partie de chrétiens autochtones et constituée en 2014 en tant que milice d’autodéfense territoriale.
Ce qu’il est convenu d’appeler les Brigades Babylone, à la tête desquelles se trouve Ryan al Kildani, dit également Rayan le chaldéen, revendiquent elles aussi leur étiquette de milice composée de chrétiens, même s’il est prouvé qu’elles sont liées aux milices chiites, tout comme les Unités de protection populaires opérant elles aussi sur zone. (GV) (Agence Fides 11/12/2017)
 

PDF