Iraq

 
Iraq - 31-Oct-2017
Annonce du retrait des milices kurdes des villages chrétiens de la plaine de Ninive
Les milices kurdes Peshmergas s’apprêtent à se retirer des zones de la plaine de Ninive demeurées encore sous leur contrôle sur la base d’un accord qui verra se déployer au cours des prochaines heures l’armée irakienne sur ces mêmes positions. La nouvelle, reprise par différentes sources politiques irakiennes et kurdes, semble balayer les craintes de voir les villages chrétiens de la plaine de Ninive se transformer en champ de bataille entre les militaires irakiens et les milices dépendant de la Région autonome du Kurdistan irakien, qui poursuit son projet de sécession sur la base des résultats plébiscitaires du référendum du 25 septembre dernier.

L’accord concernant le retrait des milices Peshmergas et le déploiement de l’armée irakienne dans la plaine de Ninive, y compris dans les zones environnant les centres de Telkaif et Qaraqosh, fait partie de l’entente globale signée le 29 octobre par les représentants militaires et politiques irakiens dans le cadre d’une rencontre avec des responsables Peshmergas et des représentants politiques de la Région autonome du Kurdistan irakien dans la plaine de Ninive. Cet accord prévoit également le déploiement de forces irakiennes au poste frontière d’Habur, à la frontière avec la Turquie, nœud stratégique notamment en ce qui concerne le contrôle de l’exportation du pétrole produit dans la zone de Kirkuk.
Le passage des consignes annoncé et indolore entre les milices Peshmergas et l’armée irakienne semble conjurer pour le moment le risque d’un conflit de grande ampleur entre Bagdad et l’actuelle direction de la Région autonome du Kurdistan irakien. Ces jours derniers (voir Fides 30/10/2017), tant le Patriarcat de Babylone des Chaldéens que le Patriarcat syro orthodoxe avaient exprimé à l’unisson leur préoccupation suite aux récents événements enregistrés dans la plaine de Ninive, zone de présence traditionnelle des communautés chrétiens autochtones devenue l’objet de disputes territoriales et même de confrontations militaires entre le gouvernement irakien et celui de la Région autonome du Kurdistan irakien. Dans un document diffusé le 29 octobre afin de rendre publique sa vision de l’avenir des villes chrétiennes de la plaine de Ninive, le Patriarcat de Babylone des Chaldéens avait rappelé que « la juridiction sur la plaine de Ninive, unifiée, stable et protégée jusqu’en 2003, est aujourd’hui disputée entre le gouvernement irakien et les forces kurdes et qu’après le référendum pour l’indépendance de la Région autonome du Kurdistan irakien, ont été justement enregistrés dans cette zone des affrontements armés ayant opposé l’armée irakienne et les groupes de mobilisation populaire aux Peshmergas. Dans les villes de Telkaif et Baqofa, depuis peu libérées du joug djihadiste et où de nombreuses familles chrétiennes venaient de rentrer après des années d’éloignement forcé, « ont été blessés des enfants innocents alors que les maisons des familles chrétiennes ont été utilisées comme positions défensives. Par conséquent – peut-on lire dans le document du Patriarcat de Babylone des Chaldéens parvenu à l’Agence Fides – de nombreux résidents de ces villes ont à nouveau pris la fuite, créant un nouvel état d’angoisse et de peur ». (GV) (Agence Fides 31/10/2017)
 

PDF