Indonésie

 
Indonésie - 12-Dec-2017
Cri d'alarme contre le risque de division du pays de la part de responsables chrétiens
« En ce moment nous sommes préoccupés. Notre unité en tant que nation indonésienne risque de se rompre. Instabilité et préoccupation ont été ressenties toujours plus fortement au cours de ces dernières années. Certains, vaguement ou effrontément, sont tentés de suivre des chemins et d’utiliser des moyens différents de la Charte à la base de notre nation, à savoir le Pancasila.

De nombreux actes et événements le confirment : une compétition politique malsaine qui justifie tous les moyens, le fanatisme étroit qui exploite sans frein la religion et de bien d’autres choses encore. Dans de telles conditions, le désir de notre nation de créer coexistence et paix devient difficile à réaliser ». Il s’agit là d’un passage de l’appel conjoint lancé par la Conférence épiscopale indonésienne et par la Communion des églises en Indonésie qui regroupe les « évêques » protestants. L’habituel message conjoint publié à l’occasion de Noël par les Evêques et par les responsables protestants, envoyé à l’Agence Fides, s’intitule « Laissez que la paix du Christ règne en vos cœurs » (cf. Col 3, 15a). Leurs Excellences NN.SS. Ignatius Suharyo et Antonius Subianto Bunjamin, respectivement Archevêque de Djakarta et Président de la Conférence épiscopale et Evêque de Bandung et Secrétaire général de ce même organisme, sont les signataires du document aux côtés d’Henriette T.H. Lebang et de Gomar Gultom, respectivement Président et Secrétaire général de la Communion des églises en Indonésie.
Les responsables chrétiens font montre de leur appréhension. Les idéaux élevés de la nation indonésienne, tels qu’exprimés dans le préambule de la Constitution de 1945 – affirme le texte – visant à « créer l’unité, la justice sociale et la paix, non seulement entre nous mais également dans le monde entier, ont encore besoin de notre lutte commune. Nous avons encore besoin d’organiser et d’ajuster constamment le système et le mécanisme de la démocratie pour réaliser concrètement nos idéaux communs et cela n’est pas facile » ajoute le message.
Les fidèles chrétiens indonésiens, partie intégrante de la nation, « ne représentent qu’un petit troupeau ». « Nous ne pouvons résoudre tous les problèmes que nous affrontons en comptant sur nos propres forces. Il est temps pour nous de laisser que la paix du Christ règne en nos cœurs. La paix du Christ qui règne en nos cœurs est une force qui unit et abat le mur de la division (cf. Ep 2, 14). Ce n’est qu’avec la paix du Christ dans notre cœur que nous serons en mesure de nous ouvrir, d’embrasser pour nous diriger ensemble vers un avenir plus lumineux ».
Le message exhorte les chrétiens à contribuer « à l’unité, à la fraternité, à la vérité, à la justice et à la paix, en réduisant au plus les fractures existant entre riches et pauvres », en aidant à lutter contre la corruption, en abattant les barrières construites au nom de l’ethnie ou de la religion. « Il s’agit d’un mandat évangélique que nous sommes appelés à porter à terme sur notre terre indonésienne » indique le texte.
Le dernier passage note « l’harmonie et la fraternité entre les chrétiens », faisant les éloges de la Commission entre catholiques et luthériens à l’occasion des 500 ans de la réforme, et souhaite que la célébration de Noël constitue une opportunité pour développer la capacité d’accueillir les différences. (PP) (Agence Fides 12/12/2017)
 

PDF