Inde

 
Inde - 25-Sep-2017
Première université tribale en Orissa pour 27.000 étudiants indigènes
Le Kalinga Institute of Social Sciences (KISS) constitue la première Université tribale en Sciences sociales du monde. Située dans l’Etat d’Orissa, à l’est de l’Inde, l’Institut a été fondé en 1993 en tant qu’école résidentielle tribale et, le 27 août 2017, elle est devenue la première Université tribale du monde. Destinée aux familles qui ne peuvent soutenir les coûts de l’instruction, le KISS vise à éradiquer la pauvreté au travers d’une instruction de qualité destinée aux étudiants les plus pauvres du pays.

Dans son rapport annuel envoyé à Fides par le Père Purushottam Nayak, prêtre de l’Orissa, on apprend que la citadelle accueille 27.000 jeunes indigènes pauvres afin de les préparer à être « des agents du changement » pour leur communauté et protéger les traditions, les cultures et les valeurs tribales. Il s’agit d’un véritable « projet pastoral » en faveur des populations indigènes, remarque le prêtre, avec pour objectif d’éliminer la pauvreté et de renforcer les strates les plus défavorisées de la société au travers d’une éducation globale. Les étudiants fréquentent gratuitement l’institut, de l’école primaire à l’Université, jusqu’au niveau Maîtrise, sachant que 60% des inscrits sont des jeunes filles.
L’Université offre également des cours de formation professionnelle (couture, menuiserie, agriculture). Un espace important est également réservé au sport (football, rugby et athlétisme). Actuellement, le KISS constitue une citadelle de quelques 400.000 m2 où se trouvent des édifices scolaires, des dortoirs, des cantines, des gymnases, des terrains de sport et un hôpital toujours opérationnel. L’Institut entend constituer des filiales dans 30 districts de l’Etat de l’Orissa et de l’ensemble des Etats indiens.
Selon ce qu’indique le Père Nayak, dans l’Etat indien de l’Orissa, vivent 62 tribus dont 13 primitives. Elles parlent 72 dialectes regroupés en 38 langues dont 19 sont en voie d’extinction. Seules quatre langues tribales, à savoir le Santhali, le Ho, le Sora et le Kui Lipi, disposent de caractères écrits. Traditionnellement, ces populations tribales sont pacifiques, simples et laborieuses. Elles croient dans les valeurs traditionnelles et conservent d’antiques coutumes sociales qu’elles transmettent depuis des générations. Exclus des quatre castes qui composent l’organisation sociale hindouiste, les populations tribales – qui sont comptés au nombre des hors castes ou intouchables – ont subi pendant des milliers d’années discriminations et pauvreté extrême. Même si le système des castes a officiellement été interdit par la Constitution indienne, il demeure en vigueur dans la pratique sociale et les dalits demeurent encore aux marges de la vi e économique, sociale et politique, finissant par remplir les fonctions les plus humbles et dégradantes aux yeux des hindouistes orthodoxes, qui les considèrent intouchables. Au travers de l’instruction, l’Université tribale entend favoriser la promotion sociale et l’insertion pleine et entière de ces groupes indigènes au sein de la société indienne. (PN/AP) (Agence Fides 25/09/2017)
 

PDF