Inde

 
Inde - 18-Jul-2017
Libérées de la prostitution afin de devenir avocates pour poursuivre leurs proxénètes
Des fillettes systématiquement maltraitées et contraintes à se prostituer avec 20 clients par jour, privées de droits, sans voix et sans personne qui se préoccupe de leurs conditions de vie : telle est la dure réalité que connaît plus d’un million de fillettes victimes de la prostitution des mineurs en Inde.

Il s’agit d’un phénomène que pas même les lois punitives du pays n’arrivent à endiguer. Depuis avril 2014, la fondation néerlandaise Free a Girl s’est proposée d’intervenir contre cette situation infernale.
Grâce à l’Ecole de Justice, 19 jeunes ayant survécues aux abus des proxénètes et de leurs clients seront instruites de manière à pouvoir accéder à l’Université et à étudier le Droit. Selon la fondatrice du projet, l’objectif n’est pas seulement d’arracher ces fillettes aux filets de la prostitution mais surtout de leur permettre de devenir les meilleurs avocates et procureurs du pays afin d’éradiquer l’impunité de laquelle jouissent les proxénètes en Inde.
« La société nous voit comme quelque chose d’étranger, presque comme un insecte qui n’a pas le droit de vivre ou d’appartenir à la société. Ma famille continue à ne pas m’accepter » déclare, dans une note parvenue à Fides l’une des jeunes filles rachetées par l’Ecole de Justice qui, avec ses compagnes, vit et étudie chaque jour sous le même toit tant qu’elle ne pourra pas accéder à l’Université grâce à une Bourse d’étude. Vue l’importance du programme, il est possible qu’il soit répliqué également au Brésil où, selon l’UNICEF, vivent 250.000 fillettes contraintes à se prostituer. (AP) (Agence Fides 18/07/2017)
 

PDF