Inde

 
Inde - 23-Feb-2018
Eglise en Inde et autres communautés religieuses unies au Pape dans la prière pour la paix en Afrique
L’Eglise catholique en Inde ainsi que des fidèles d’autres religions, hindous et musulmans, ont répondu favorablement à l’appel du Pape François et se sont unis au Souverain Pontife et à l’Eglise universelle pour célébrer aujourd’hui, 23 février, une Journée de prière et de jeûne pour la paix, en particulier pour les populations de la République démocratique du Congo (RDC) et du Soudan du Sud, en Afrique.

Ainsi que l’a appris Fides, de nombreuses églises et communautés religieuses de tout le pays ont organisé des rencontres de prière, des veillées et des moments spéciaux de jeûne. A elles se sont unis des fidèles d’autres religions, dont nombre d’hindous, pour exprimer la même aspiration à la paix.
John Dayal, journaliste catholique et ancien Président de la All India Catholic Union, a déclaré à l’Agence Fides : « Un jour de jeûne peut apporter un grand bénéfice spirituel pour intérioriser la question. Il n’est pas possible de minimiser l’importance de la paix, en pensant à l’Afrique mais aussi à l’environnement politique dans lequel se trouve l’Inde ».
Le Saint-Père a également invité les membres des autres religions à prendre part à l’initiative, sous les formes qu’ils considèrent les plus adaptées (moments de prière, jeûne et réflexion), en soulignant que les religions peuvent contribuer de manière notable à la consolidation de la paix.
John Dayal poursuit : « L’Inde traverse une phase sociale caractérisée par la violence. La politique est polarisée notamment au travers de l’utilisation du facteur religieux. Dans ce contexte, le désir de paix et l’effort commun du peuple prennent une valeur individuelle et collective. Nous soutenons l’appel du Saint-Père à la prière et nous jeûnons en ce temps de Carême ».
Le Père Francis Arackal OP, enseignant de moyens de communications et philosophie à Delhi, s’unit à la prière et déclare à Fides : « Le jeûne constitue un moyen efficace pour établir la paix et l’équilibre à partir de soi-même. De la sorte, est construite une société pacifique. Je crois que c’est dans cet esprit que le Pape demande aux personnes de jeûner. Sans paix, il ne peut y avoir de développement ».
Dans certains Diocèses, des paroissiens, des religieuses et des prêtres se sont réunis en prière d’Adoration devant le Très Saint Sacrement. Mary Ratnam, une laïque catholique de l’Archidiocèse de Vishakapatnam, en Andhra Pradesh, raconte à Fides que sa communauté s’est réunie en oraison silencieuse. « Nos coeurs et nos prières vont vers l’Afrique et d’autres parties du monde où l’hostilité a augmenté et où la population souffre. Nombre de personnes vivent dans la peur et dans l’incertitude ou meurent à cause de la guerre. Nous espérons et nous prions afin que la violence cesse et que règne la paix ». (SD-PA) (Agence Fides 23/02/2018)
 

PDF