Inde

 
Inde - 09-Jun-2017
Demande de retrait d'un Manuel scolaire du Gujarat qualifiant Jésus de « démon »
Un Manuel de lycée en langue hindi, publié par le Conseil d’Etat du Gujarat pour les manuels scolaires, utilisé dans les établissements publics de cet Etat de l’ouest de l’Inde, mentionne et qualifie Jésus Christ de « démon ». Ainsi que l’a appris Fides, vues les protestations des chrétiens, le Ministre de l’Instruction du Gujarat a affirmé que « l’erreur sera résolue rapidement ».

Au chapitre 16 du manuel, intitulé « Le rapport entre un gourou et ses disciples dans la culture indienne », au sein de la partie se référant à Jésus Christ, on peut lire : « Dans ce contexte, il sera toujours fait mémoire d’un incident du démon Jésus ».
Maître Subramaniam Iyer, avocat, qui a remarqué l’erreur, affirme que, dans ce cas, peut être invoqué l’article 295(a) du Code pénal indien applicable à des actions délibérées et mal intentionnées visant à outrager les sentiments religieux d’un groupe social quelconque. « C’est simplement inacceptable et il devrait être retiré immédiatement » a-t-il déclaré. L’avocat estime que l’erreur peut créer un fossé entre les communautés et causer des problèmes d’ordre et de sécurité.
Entre temps, le Président du Conseil d’Etat du Gujarat pour les manuels scolaires, Nitin Pethani, a déclaré qu’il s’est agi d’une erreur typographique. « Le mot haiva – qui signifie disciple de Jésus Christ – a-t-il expliqué – a été imprimé par inadvertance comme haivan – qui signifie démon ».
Après que Maître Iyer ait publié une photographie du chapitre controversé sur les réseaux sociaux le 3 juin dernier, le problème a créé une grande agitation au sein de la communauté chrétienne, qui a demandé le retrait immédiat du manuel des établissements dans lesquels il est utilisé.
Commentant l’erreur, le Père Cedric Prakash SI, activiste pour les droits fondamentaux, a déclaré à Fides : « Le fait que Jésus ait été dénigré dans un manuel scolaire en dit long sur ceux qui ont reçu la responsabilité de modeler l’esprit, le caractère et l’avenir des enfants indiens ». Le Père Prakash ajoute que « nombreux sont ceux qui ne montrent aucune retenue pour dénigrer voire même éliminer des minorités, dalits ou populations tribales ». En considérant l’erreur en question comme le « signe d’idéologies fascistes », le Père Prakash demande « le retrait immédiat du manuel et que les responsables soient poursuivis, le gouvernement devant présenter ses excuses à la communauté chrétienne ». Ce n’est pas la première fois, notent les observateurs, que des erreurs de ce type ont été signalées dans les manuels scolaires publiés au Gujarat. (SD-PA) (Agence Fides 09/06/2017)
 

PDF