Soudan

 
Soudan - 09-Sep-2017
Témoignage d'un missionnaire sur l'existence d'un conflit ethnique « mais surtout politique et de pouvoir » dans le pays
« Il est trop facile de décrire le conflit au Soudan du Sud comme étant exclusivement de nature ethnique. La lutte pour le pouvoir, la corruption, la très mauvaise gestion des hauts responsables militaires, politiques, des ressources et le manque de libertés de base constituent des réalités qui compliquent fortement le conflit » écrit à Fides le Père Daniele Moschetti, missionnaire combonien qui a prêté service pendant six longues années au Soudan du Sud, pays bouleversé par une dramatique guerre civile ayant éclaté en décembre 2013.

« Les divisions ethniques sont restées une caractéristiques constante de la société sud soudanaise pendant de nombreuses décennies. Par le passé, elles ont affaibli la lutte pour la libération et ceci constitue un facteur important à l’intérieur de l’actuel conflit civil. La riche diversité ethnique de ce très beau pays devrait être cause de célébration et non pas de souffrance » souli gne le missionnaire. Le Père Moschetti met en évidence les violences subies par les civils, en particulier par les femmes et les enfants, citant des témoignages comme celui de Mary, 23 ans, mère de cinq enfants qui déclare : « La seule manière d’être en sécurité pour les femmes et les jeunes filles est d’être mortes. Il n’y a pas moyen de l’être tant qu’elles sont en vie. C’est dur à dire mais il en est ainsi… ».
Les Comboniens ont vu, eux aussi, certaines de leurs missions être détruites comme celle de LominKajoKeji, dans la province de l’Equatoria. « Tombée entre les mains des rebelles d’abord puis des militaires ensuite, elle a été saccagée et totalement détruites. Il s’agissait de l’une des meilleures missions organisées par notre Province sud soudanaise et se trouvant dans ce qui constituait la zone la plus fertile et la plus pacifique au cours de ces dernières années, zone qui est maintenant à feu et à sang » commente le Père Moschetti. « Nos confrères et les religieuses comboniennes ont décidé de suivre la population, qui s’est transférée en masse dans les camps de réfugiés de l’Ouganda. La vie y est vraiment dure. Les services nécessaires pour vivre et même pour survivre y font défaut. Lorsque des millions de réfugiés doivent être gérés, le problème humanitaire est grand pour tous. L’espérance n’est pas morte. Elle continue à v ivre dans le cœur des personnes qui luttent au quotidien pour survivre avec la volonté de s’en sortir et de revenir un jour sur leur terre ».
Le Père Daniele Moschetti vient de publier un livre intitulé « Soudan du Sud, le long chemin difficile vers la paix, la justice et la dignité » sur le drame sud soudanais, basé sur son expérience de missionnaire dans le pays. Le volume bénéficie d’une introduction du Pape François. (L.M.) (Agence Fides 09/09/2017)
 

PDF