Rwanda

 
Rwanda - 17-Sep-2013
Législatives: Le parti du régime en tête, les abstentions augmentent
La coalition dirigée par le front Patriotique rwandais (Fpr) du président Paul Kagame a jusque là remporté 76% des voix. Quelques heures après les opérations de vote de lundi, qui se sont déroulées dans le calme, les résultats provisoires des législatives relatifs à 18 districts sur 30 et diffusés par la chaîne publique Radio Rwanda, ne laissent pas de place à l'équivoque.

En tout, plus de 4,6 millions de suffrages ont été dépouillés pour un total de 5,9 millions d'inscrits sur les listes électorales. En vertu des premiers résultats officiels, le Parti social démocrate (Psd) aurait obtenu 13,01% des suffrages. À la troisième place figurerait le Parti libéral (Pl) avec 9,38% des voix, devant le Ps-Imberakuri (0,56% des voix seulement) et quatre candidats indépendants qui auraient obtenu moins de 0,5%.

Si la victoire du parti du régime rwandais, au pouvoir depuis la fin du génocide de 1994 était largement prévisible, la plus grande surprise de ces législatives relève d'une augmentation de l'abstentionnisme, estimé à hauteur de 25% : sur près de six millions d'inscrits, seuls 4,5 millions de Rwandais seraient aller voter. Après le vote de la diaspora rwandaise dimanche, puis celui national lundi, pour l'élection de 53 députés, ce sera au tour des catégories spéciales – femmes, jeunes et personnes handicapées – ce mardi et mercredi pour élire les 27 parlementaires restants.

Certains observateurs et des sources de la presse ont indiqué que la plupart des partis en lice, bien qu'ils se soient déclarés ralliés à l'opposition, ne sont en réalité que des "satellites" du Fpr. Les adversaires du président Kagame détenant un poids politique plus significatif sont tenus loin de la scène : le président du Ps-Imberakuri, Bernard Ntaganda, est emprisonné depuis 2011 pour atteinte à la sécurité de l'Etat, tandis que la président du Front démocratique unifié (Fdu), Victoire Ingabire, attend encore le verdict de son procès en appel pour conspiration contre les autorités et apologie du génocide.

Le futur parlement rwandais pourrait être appelé à modifier la Constitution afin de supprimer la limite des mandats présidentiels et permettre ainsi à Paul Kagame de se présenter à nouveau en 2017.

 

PDF