Rwanda

 
Rwanda - 05-Mar-2018
Esprit de prière et de service caritatif : des religieuses aux côtés de malades du SIDA
Promotion humaine et chrétienne de l’enfance et de la jeunesse la plus pauvre et la plus nécessiteuse, préparation professionnelle et insertion sociale, soutien aux œuvres caritatives et à la pastorale de la santé de l’Eglise locale : telles sont les priorités pastorales des Filles du Divin Zèle (SDZ) présentes dans différents pays du monde. Leur mission s’identifie avec un esprit particulier de prière et de service caritatif apostolique. C’est dans le respect de ce charisme qu’à Butaré, dans le sud du Rwanda, elles ont pris en charge un centre qui s’occupe de personnes atteintes par le SIDA et de leurs familles.

« Le Centre Notre-Dame de la Visitation suit actuellement des personnes malades, des enfants qui fréquentent l’école primaire, des élèves du secondaire, des jeunes qui apprennent actuellement un métier et de nombreux orphelins de malades du SIDA » peut-on lire dans une note parvenue à l’Agence Fides.
L’Institut prend en charge les frais médicaux des patients, les consultations, les visites à domicile, l’inscription à l’école et les dépenses liées au matériel scolaire des enfants et des jeunes, ainsi que le travail de deux assistants sociaux et une certaine quantité de vivres qui sont distribuées aux familles. Le Centre, qui appartient à la Caritas Rwanda, a été géré par les religieuses Maristes jusqu’en juillet 2015 avant de passer aux Filles du Divin Zèle.
En outre, à Gatare, les Filles du Divin Zèle gèrent également le Centre de santé Rugege qui comprend un centre nutritionnel annexe, dans lequel s’alternent médecins et professionnels de l’ONG Komera Rwanda. Le Centre Rugege dessert une population de 15.000 habitants en offrant une orientation et une formation hygiénique et sanitaire, des consultations préventives et curatives, prénatales et post-natales, des services de vaccination et un laboratoire d’analyse pour le diagnostique du paludisme, de la tuberculose et du SIDA. Ce petit hôpital dans la forêt dispose de 30 lits pour l’hospitalisation et d’une salle d’accouchement.
Au sein des différentes communautés gérées par les Filles du Divin Zèle, les religieuses ont répondu aux appels des Evêques qui ont institué une pastorale de la santé, se préparant également dans le domaine de la médecine naturelle alternative grâce à laquelle elles servent les populations les plus pauvres, privées de moyens pour acheter les médicaments. Les religieuses, en compagnie de laïcs, cultivent les plantes, préparent les spécialités, les pommades, le savon et offrent des leçons en vue de l’éducation hygiénique et alimentaire, suivant les familles nombreuses. (AP) (Agence Fides 05/03/2018)
 

PDF