Haïti

 
Haïti - 29-Sep-2017
Rencontre des Evêques avec le Chef de l'Etat et reprise du dialogue pour le développement socioéconomique
Sept mois seulement après son entrée en fonctions, le Président de la République d’Haïti, Jovenel Moïse, doit affronter une situation qui le met à l’épreuve. La population n’accepte pas en effet le projet de budget pour l’exercice financier 2017-2018 qui entrera en vigueur au 1er octobre.

La loi de finances a déjà été publiée sur Le Moniteur – équivalent du Journal officiel NDT – et pour le moment il n’existe donc pas de possibilité d’un retour en arrière. Pour combattre l’inquiétude sociale croissante, qui conduit à une situation de forte tension, le Chef de l’Etat désire renouveler le dialogue « permanent » avec les « principaux secteurs de la société haïtienne ».
Après avoir rencontré, le 26 septembre, les représentants des pouvoirs de l’Etat, qui avaient collecté questions et requêtes de magistrats, juges et fonctionnaires, le Président de la République s’est entretenu le lendemain, 27 septembre, avec la Conférence épiscopale d’Haïti.
Selon un communiqué du Secrétariat de la Présidence de la République, les principaux thèmes de la discussion ont été ceux liés à la situation sociopolitique actuelle du pays et aux parcours de collaboration visant à faciliter l’avènement d’un climat favorable au développement socioéconomique d’Haïti.
Le Président Moïse « est très satisfait par le niveau des discussions et a pris acte des recommandations de la Conférence épiscopale » indique le communiqué sans toutefois mentionner de détails. Le Chef de l’Etat « entend continuer constamment les consultations avec les principales institutions sur lesquelles se fondent notre nation, afin de parvenir à la cohésion nécessaire pour conduire le pays vers un bon port » conclut la déclaration.
A Haïti, le pays le plus souffrant et le plus pauvre des Amériques, l’Eglise catholique jouit d’un bon niveau de confiance au sein de la population, étant constamment présente dans l’ensemble des situations de besoin et pas seulement dans le cadre des terribles catastrophes naturelles. La situation politique et sociale du pays sort d’une période complexe et tourmenté (voir Fides 09/02/2017) au cours de laquelle la voix de l’Eglise a évité en de nombreuses occasions des affrontements violents entre les citoyens du fait de la mauvaise gestion des processus électoraux (voir Fides 09/12/2016).
S.Em. le Cardinal Chibly Langlois, Evêque de Les Cayes, le 7 février dernier, jour de la prestation de serment du nouveau Président, avait déclaré : « Les problèmes du pays sont nombreux et requièrent la collaboration de tous pour les affronter. Le rôle de l’Etat est de s’engager pour le peuple, en garantissant dans le même temps l’Etat de droit » (voir Fides 09/02/2017). (CE) (Agence Fides 29/09/2017)
 

PDF