Afghanistan

 
Afghanistan - 14-Aug-2015
Des milliers de personnes dans l'attente d'obtenir un passeport et de partir
Des centaines d'Afghans ont formé des files d'attente pour obtenir un passeport dans l'espoir pour nombre d'entre eux de quitter le pays où sévissent le chômage, l'insécurité, la corruption et la misère, a indiqué Tolonews, en précisant que la plupart des demandeurs sont âgés de 18 à 30 ans et n'ont d'autre choix que celui de partir en dépit des grandes difficultés voire du risque de perdre la vie dans leur tentative de rejoindre un lieu plus sûr.

"Obtenir un passeport est la première étape pour nos jeunes pour fuir le pays. Ils attendent des jours et des nuits durant pour obtenir leur passeport, sans savoir qu'ils se heurteront à encore plus de problèmes dans les pays où ils iront", ont déclaré aux médias locaux plusieurs dirigeants du ministère de l'Intérieur, tout en reconnaissant se trouver face à un véritable exode des jeunes Afghans. Pendant ce temps, les employés du Bureau des Passeports ont déclaré que leurs services délivraient par le passé près de 1000 passeports par jour, mais que ce même chiffre était désormais passé à 7000 depuis quelques temps. Cette nouvelle vague de candidats à l'émigration contribue à aggraver la situation de plusieurs millions de réfugiés afghans déjà présents dans d'autres pays, et en particulier au Pakistan, qui, avec le soutien et le financement des Nations Unies, a mis en place un programme pour faire rentrer ceux-ci chez eux. "Le gouvernement a annoncé que 40% des habitants étaient au chômage. En entendant cela, comme un réfugié afghan peut-il avoir envie de rentrer au pays ?", a déclaré à la presse Islamuddin Jurat, porte-parole du ministère des Réfugiés. Avec la recrudescence à Kaboul des attentats suicides et des attaques armées, ayant causé un grand nombre de victimes parmi les civils, des centaines d'Afghans et leurs familles ont quitté le pays pour l'Iran, dans l'espoir de pouvoir passer illégalement en Turquie, et, de là, gagner la Grèce ou d'autres pays au-delà en bateau. Le Haut-commissariat aux Réfugiés (Hcr) des Nations Unies a récemment invité la communauté internationale à contribuer au processus de rapatriement des réfugiés afghans présents en Irak, au Pakistan et dans d'autres pays limitrophes, mais la détérioration du conflit dans de nombreuses régions de l'Afghanistan, et en particulier dans la capitale Kaboul, pousse la plupart des habitants à partir ou à rester dans le pays où ils sont déjà réfugiés.
 

PDF