Afghanistan

 
Afghanistan - 02-Oct-2015
Crash d'un avion militaire américain, poursuite des combats à Kunduz
Les autorités sont encore en train de procéder à la vérification de la revendication des talibans, qui ont affirmé avoir abattu dans la nuit de jeudi à vendredi, peu après minuit (heure locale), un avion de transport C-130 de l'armée militaire des États-Unis. Selon les sources du contingent américain encore présent en Afghanistan, le crash de l'appareil à proximité de l'aéroport de Jalalabad a provoqué la mort de six militaires et de cinq civils, tous préposés à la mission de formation des forces afghanes Resolute Support.

De leur côté, les sources talibanes qui ont revendiqué avoir abattu l'avion sur Twitter dans un message de leur porte-parole Zabihullah Mujahid, ont affirmé que 15 militaires américains et un certain nombre de civils avaient été tués dans l'attaque. L'Otan n'a pour sa part fourni aucune confirmation officielle des faits. Cependant, l'aéroport de Jalalabad s'est retrouvé à plusieurs reprises l'objet d'attaques des rebelles au regard de sa position stratégique entre les régions orientales et la capitale Kaboul mais aussi de l'importante base militaire qui s'y trouve. Qu'il s'agisse d'un accident ou d'un bombardement, la situation des derniers jours n'en demeure pas moins incertaine. En dépit du déploiement de nouveaux renforts et de l'optimisme affiché par les autorités militaires afghanes, la controffensive des troupes régulières soutenues par l'Otan se poursuit dans la ville de Kunduz (Nord), occupée depuis lundi par des centaines de talibans. Les perquisitions et les combats continuent dans différents quartiers de la ville, témoignant de la résolution et de l'organisation de la rébellion armée, dont le dernier bastion avant sa défaite en 2001 se trouvait précisément à Kunduz. Cependant, la persistance de la situation actuelle confirme également le manque de motivation et la faiblesse intrinsèque de l'armée nationale. Quelle que soit l'issue des combats dans la ville, les avancées réalisées par la guérilla dans la province de Kunduz ainsi que dans celles limitrophes de Takhar et de Baghlan mettent en relief le risque que le Nord de l'Afghanistan ne passe sous le contrôle des miliciens au cours des mois à venir.
 

PDF