Afghanistan

 
Afghanistan - 14-Aug-2015
Attentats, les États-Unis et la Chine prônent la coopération régionale
L'attentat de vendredi dernier contre le Shah Shaheed, à Kaboul, qui a causé 15 victimes et près de 400 blessés, avant que trois autres attaques ne soient perpétrées entre samedi et lundi dans la capitale, a suscité les vives réactions des différents sujets nationaux et internationaux impliqués à la fois dans le conflit et dans la recherche d'un processus de paix.

Dans un message à la nation, le président de l'Afghanistan, Ashraf Ghani, s'est fait l'interprète de la méfiance d'un grand nombre de ses compatriotes à l'égard du Pakistan en condamnant le message de guerre en provenance de ce pays voisin. "Tant que le sang continuera à couler dans notre pays, les rapports entre le Pakistan et l'Afghanistan n'ont aucun sens", a-t-il affirmé, en rappelant que l'Afghanistan n'adhèrerait pas à des colloques de paix avec un pays en guerre contre sa patrie. La réaction du gouvernement pakistanais ne s'est pas fait attendre et celui-ci a affirmé dans une déclaration diffusée par son ambassade que le Pakistan condamnait avec la plus grande fermeté les attentats mortels commis en Afghanistan et que la menace du terrorisme demeurait un ennemi commun aux deux pays impliquant une approche de coopération régionale. Suite aux attaques de ces derniers jours, tant les États-Unis que la Chine ont lancé de forts appels à s'engager dans une coopération régionale. "Le moment est venu pour les dirigeants de l'Afghanistan et du Pakistan de travailler ensemble pour atteindre leur objectif commun et anéantir les extrémistes violents. (…) Il en va de l'intérêt des deux pays d'éliminer les refuges sûrs et d'atténuer les forces opérationnelles des talibans des deux côtés de la frontière", a déclaré en conférence de presse John Kirby, porte-parole du Département d'État américain. Il a par ailleurs ajouté que la réconciliation entre l'Afghanistan et le mouvement taliban avait toujours constitué le premier objectif des États-Unis. À l'unisson, la Chine a réaffirmé qu'elle contribuerait à entretenir des liens d'amitié avec l'Afghanistan. Liu Jinacho, du ministère des Affaires Étrangères, a reconnu l'existence de complications entre le Pakistan et l'Afghanistan par le passé, tout en soulignant l'amélioration enregistrée dans les rapports bilatéraux depuis de récentes interactions. "Afin de mettre fin à la méfiance réciproque – a ajouté M. Liu – et d'améliorer les relations, la Chine a encouragé le début de rencontres trilatérales entre le Pakistan, l'Afghanistan et la Chine. Le premier tour des colloques s'est tenu au mois de février et nous sommes heureux que la situation s'améliore". Le ministère chinois des Affaires Étrangères a par ailleurs invité tant le Pakistan que l'Afghanistan à se convaincre que la paix et le développement régional étaient interdépendants. "La paix et le développement sont un objectif commun – a affirmé M. Liu – et il nous faut travailler ensemble pour bâtir un nouveau partenariat. Il ne devrait donc pas y avoir de place pour la méfiance. La paix afghane et la réconciliation sont un objectif partagé et nous espérons que tous les pays de la région pourront collaborer ensemble pour atteindre ce destin commun".
 

PDF