Philippines - Taiwan

 
Philippines - Taiwan - 01-Mar-2018
Appel des Evêques en faveur de la préservation de la démocratie
Les philippins devraient « célébrer, surveiller et protéger le don de la démocratie » conquise après le renversement du dictateur Ferdinand Marcos le 25 février 1986. C’est ce qu’affirment les Evêques des Philippines à l’occasion du 32ème anniversaire de la révolution populaire qui porta à la destitution du général.

Dans un message publié à cette occasion, l’Evêque de Caloocan Pablo, S.Exc. Mgr Virgilio David, Vice-président de la Conférence épiscopale des Philippines, a remarqué que « l’un des dons que nous avons reçu en tant que nation est la liberté et la démocratie et nous tendons à le considérer comme un acquis », invitant ainsi la population à surveiller « une dictature rampante aux Philippines » et à « protéger notre démocratie et nos libertés civiles ».
Au terme de leur récente Assemblée plénière, les Evêques avaient déjà exprimé leurs craintes face aux tentatives visant à modifier la Constitution alors que le Président Duterte avait déclaré pour sa part que « il faudrait un dictateur pour changer le pays ». Le Chef de l’Etat a corrigé le tir ces jours dernier déclarant d’être « vieux et fatigué » et de vouloir atteindre aussi vite que possible l’objectif de la réforme fédérale du pays, de manière à conclure de manière anticipée son propre mandat. Le Président philippin a institué une Commission formée de 19 constitutionnalistes présidée par un ancien magistrat de la Cour Suprême, laquelle a présenté une proposition de révision constitutionnelle sur le modèle américain.
Les Evêques, au cours de la récente Marche pour la vie du 24 février à Manille, ont à nouveau attiré l’attention sur l’opération sanglante contre la drogue lancée par le Président Duterte ainsi que sur d’autres mesures telles que la peine de mort et les abus à l’encontre des droits fondamentaux perpétrés dans la société. A cette occasion, l’Archevêque de Manille, S.Em. le Cardinal Luis Antonio Tagle, a célébré une Messe, exhortant à « traiter les personnes comme des dons et non comme des marchandises » et observant que, comme l’indiquait Saint Jean XXIII dans son Encyclique Pacem in Terris, « la paix ne peut venir que de la justice, de la vérité, de l’amour et du respect ». Le Cardinal Tagle a également souligné dans ce cadre la nécessité d’une campagne de « non-violence active » en tant qu’antidote à la culture de la violence répandue dans le pays. (PA) (Agence Fides 01/03/2018)
 

PDF