Pakistan

 
Pakistan - 03-Mar-2018
Protestation de chrétiens contre l'usage abusif des normes contre le blasphème à Lahore
Condamner l’enquête comportant des vices, la torture et les traitements inhumains réservés aux jeunes chrétiens Patras Masih et Sajid Masih, demander des mesures concrètes afin de mettre un terme aux abus d’usage de la loi sur le blasphème, en particulier à l’encontre des minorités religieuses : tels sont les thèmes centraux de la protestation organisée hier, 2 mars, à Lahore par le Pakistan Christian Action Committee (PCAC), organisme qui rassemble et représente différentes églises du Pakistan.

Ainsi que l’a appris l’Agence Fides, à la manifestation ont pris part des groupes promouvant les droits fondamentaux et des organisations de la société civile. Etaient également présent des responsables chrétiens tels que le Père Qasir Feroz, Responsable du Bureau de la Communication des Evêques, les évêques protestants Azad Marshall et Irfan Jamil, le pasteur Amjad Niamat de l’église presbytérienne et d’autres encore. Tous se sont trouvés d’accord pour inviter le gouvernement à contrôler la violation des droits fondamentaux et de la Constitution du Pakistan.
Les manifestants demandent à ce que soit constitué un groupe d’enquêteurs chargé d’enquêter sur le cas de Patras Masih, le jeune arrêté suite à un présumé blasphème dans le quartier de Shahdara, à Lahore, et de vérifier la responsabilités relatives aux abus sexuels que les agents de police ont voulu voir accomplir aux deux jeunes chrétiens durant leur période de garde à vue (voir Fides 20 et 26//02/2018).
« L’administration civile et la police de Lahore – affirme un document émis par le PCAC au terme de la contestation – devraient garantir la sécurité de la population chrétienne, en particulier dans la zone de Shahdara de manière à ce que toutes les familles d’évacués puissent retourner chez elles ». Les chrétiens ont en effet quitté leurs maisons, craignant une violence de masse. « Il est urgent d’adopter des mesures concrètes vivant à bloquer l’usage abusif des lois sur le blasphème, en particulier à l’encontre des minorités religieuses. Le gouvernement du Pendjab devrait travailler activement à inculquer la paix et l’harmonie interreligieuse dans le cadre du plan d’action national » affirme le communiqué parvenu à l’Agence Fides. Le document en question fait mention de la décision de la Cour Suprême du Pakistan relative à la protection des minorités religieuses du 19 juin 2014, demandant son application « dans la lettre et dans l’esprit ». Le Pakistan Christian Action Committee rédigera un rapport et le présentera au Parlement et à la Commission pour les Droits fondamentaux. (PA) (Agence Fides 03/03/2018)
 

PDF