Pakistan

 
Pakistan - 12-Sep-2017
Déclaration de la Conférence épiscopale en faveur d'une trêve immédiate des attaques contre le peuple des rohingyas
Une forte condamnation des attaques subies par le peuple des rohingyas au Myanmar et une pleine solidarité et proximité vis-à-vis de cette population musulmane ont été exprimées dans le cadre d’une Déclaration signée par le Président de la Conférence épiscopale du Pakistan, S.Exc. Mgr Joseph Coutts, Archevêque de Karachi, et par le Président de la Commission nationale Justice et Paix, S.Exc. Mgr Joseph Arshad, Evêque de Faisalabad.

Dans le texte envoyé à l’Agence Fides, les rédacteurs sollicitent le Ministre des Affaires étrangères birman, Aung San Suu Kyi, afin qu’elle soit « un phare de paix et garantisse les droits des personnes d’ethnie rohingya », faisant appel au gouvernement démocratique du Myanmar afin qu’il « cesse immédiatement toutes les opérations militaires au sein de l’Etat Rakhine ».
Le communiqué parvenu à Fides exhorte en outre la communauté internationale et le gouvernement du Pakistan à « lancer un dialogue avec l’exécutif du Myanmar afin de défendre les droits fondamentaux des rohingyas et de permettre aux organisations humanitaires d’accéder et de porter des aides aux communautés touchées ».
Les Evêques du Pakistan réitèrent leur soutien aux valeurs de la coexistence et de la tolérance et promettent aux musulmans rohingyas « d’intenses prières pour leur sécurité et leur bien-être, en espérant qu’une solution pacifique puisse être trouvée au plus tôt ».
Le texte rappelle qu’en Asie, en de nombreux cas, les minorités ethniques et religieuses sont victimes de l’oppression et de persécutions, exprimant également la préoccupation des rédacteurs à propos du sort des 300.000 rohingyas ayant fui la zone des combats pour se réfugier au Bangladesh. « Au moins 20.000 personnes, dont des femmes et des enfants, sont installés dans un territoire montagneux, sans nourriture et sans eau » indique le texte, qui invite à pourvoir immédiatement à la nécessaire assistance humanitaire.
De son côté, le responsable de l’église du Pakistan, appartenant à la communion anglicane, Humphrey Peter Sarfaraz, a lui aussi condamné « le génocide brutal de la communauté musulmane des rohingyas au Myanmar », demandant à ce que « les musulmans opprimés puissent obtenir la nationalité ». Le gouvernement birman « ne défend pas la cause des droits fondamentaux et n’a pas le droit de traiter les musulmans comme des animaux et de les humilier » a-t-il ajouté. « Tous les croyants doivent élever leur voix en faveur de l’humanité, pour défendre ce peuple innocent » a-t-il conclu, lançant un appel aux chrétiens et aux musulmans du monde entier. (PA) (Agence Fides 12/09/2017)
 

PDF