Congo Kinshasa RDC

 
Congo Kinshasa RDC - 28-Feb-2018
Déclaration de la CENCO à propos du bilan de la répression du 25 février et les tentatives déjouées de provocations d'infiltrés
Deux personnes tuées par balles par la police, 32 blessés dont 13 atteints par des balles et 76 personnes arrêtées. Tel est le bilan rédigé par le Secrétariat général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO) concernant la répression de la III° marche pacifique de protestation organisée par le Comité laïc de Coordination (CLC) le Dimanche 25 février (voir Fides 27/02/2018) afin de demander l’application intégrale des accords du 31 décembre 2016.

La CENCO indique avoir reçu des informations sur l’organisation à Kinshasa et dans un certain nombre de provinces de 149 marches pacifiques dont 66 ont été étouffées dans les enceintes des paroisses, 67 dispersées par balles et gaz lacrymogène et 16 n’ont pas connu d’entraves ».
La CENCO dénonce en outre « la présence, dans beaucoup de Paroisses, des jeunes étranges qui insinuaient aux manifestants d’aller au-delà des périmètres prédéfinis et incitaient aux dérapages ».
« La CENCO félicite tous les compatriotes qui se sont mobilisés pacifiquement, refusant toute provocation à la violence, afin de faire entendre leur voix pour l’avènement d’un Etat réellement démocratique dans notre pays sans lequel il serait difficile de rêver le développement qui garantirait le bien-être du peuple congolais. Elle recommande au Peuple congolais de demeurer débout et vigilant et de ne pas céder à la peur ni à la résignation » affirme un communiqué parvenu à l’Agence Fides.
« Nous condamnons l’usage de la force exercée à l’endroit des compatriotes dont certains sont morts et d’autres torturés ou blessés alors qu’ils n’ont posé aucun acte contraire à la loi fondamentale qui régit le pays. Cependant, nous saluons le sens républicain et patriotique de ceux des forces de l’ordre qui ont encadré 16 marches conformément à la loi ».
« La CENCO dénonce également l’instrumentalisation par certains partis politiques des jeunes gens pour torpiller de l’intérieur la marche des chrétiens en y introduisant la violence » poursuit le communiqué qui dénonce également « l’occupation de la cathédrale Notre Dame du Congo le samedi 24 février 2018 par des jeunes délinquants en est une triste illustration ».
« Il sied de rappeler ici que la CENCO, en s’engageant aux côtés du peuple congolais dans la lutte pour l’avènement d’un Etat de droit, n’a pas d’ambition politique, sa seule préoccupation est de contribuer au bien-être du Peuple congolais tout entier, à la sauvegarde et à la promotion de la dignité de la personne humaine, au respect de la vie, des libertés et des droits fondamentaux » conclut le communiqué. (L.M.) (Agence Fides 28/02/2018)
 

PDF