Congo Kinshasa RDC

 
Congo Kinshasa RDC - 22-Aug-2017
Conclusions du sommet de la Communauté de Développement d'Afrique australe à propos des élections en RDC
Il n’est pas possible d’organiser les élections en République démocratique du Congo d’ici la fin de cette année. C’est ce qu’a constaté la Communauté de Développement d’Afrique australe (SADC) lors de son sommet qui s’est achevé le 20 août à Pretoria (Afrique du Sud).

Les Chefs d’Etat des 15 membres de la SADC (Angola, Botswana, République démocratique du Congo, Lesotho, Madagascar, Malawi, Ile Maurice, Mozambique, Namibie, Seychelles, Afrique du Sud, Swaziland, Tanzanie, Zambie et Zimbabwe), après avoir vérifié l’existence de problématiques empêchant la tenue des élections d’ici décembre prochain, sans pour autant en préciser la nature, ont approuvé la nomination d’un Envoyé spécial en RDC ayant pour mission de « suivre le processus électoral ».
Le Président sud-africain, Jacob Zuma, a demandé pour sa part à la Commission électorale indépendante (CENI) de RDC de rendre public le calendrier électoral mis à jour.
L’indication de la SADC est conforme à ce qu’a déclaré la CENI mais va à l’encontre de la récente prise de position des Etats-Unis, du Conseil de Sécurité de l’ONU et de l’Union européenne, qui appelle de ses voeux la tenue des élections présidentielles d’ici la fin de l’année, conformément aux accords de la Saint Sylvestre (voir Fides 28/07/2017). Entre temps, l’opposition qui n’a pas adhéré au gouvernement d’unité nationale a adopté un calendrier de protestations visant à exiger la démission du Président Joseph Kabila d’ici le 31 décembre prochain (voir Fides 27/07/2017). (L.M.) (Agence Fides 22/08/2017)
 

PDF