Congo Kinshasa RDC

 
Congo Kinshasa RDC - 28-Nov-2017
Appel des Evêques en faveur d'un engagement public du Président sortant à ne pas se représenter aux prochaines élections
Le Président Joseph Kabila doit prendre l’engagement formel de ne pas se représenter aux élections présidentielles du 23 décembre 2018, demandent les Evêques de République démocratique du Congo dans le Message publié au terme de leur Assemblée extraordinaire dédiée à la grave crise politique qui bouleverse le pays.

Nous espérons que « il prenne conscience que le peuple est le souverain primaire..., qu’il fasse respecter le calendrier électoral et qu’il manifeste face à tout écart, dans la non violence » affirme le Message parvenu à l’Agence Fides.
« « Sans juger de ses intentions...», les Evêques exhortent le Président de la République à rassurer l’opinion en déclarant qu’il ne sera pas candidat à sa succession et qu’il veillera à la bonne tenue des élections ». Les élections devaient avoir lieu en décembre 2016, époque à laquelle arrivait à échéance le second et dernier mandat de Joseph Kabila. Le report des élections avait été interprété par l’opposition comme faisant partie d’une manœuvre du Président sortant visant à réviser la Constitution pour lui permettre de se présenter à nouveau et de briguer un troisième mandat.
Les Evêques constatent que « nous nous retrouvons aujourd’hui face à une situation identique à celle de l’année dernière » qui s’était achevée par l’Accord de la Saint Sylvestre, signé notamment grâce à leur médiation après des semaines de laborieuses négociations. L’accord du 31 décembre 2016 prévoyait la formation d’un gouvernement d’union nationale devant porter la RDC aux élections générales d’ici la fin de 2017. Le Président Kabila a cependant constitué un gouvernement comprenant seulement une partie de l’opposition (voir Fides 10/05/2017) alors que la Commission électorale indépendante avait déclaré, dans un premier temps, que les élections présidentielles ne pouvaient se tenir avant le printemps 2019 (voir Fides 28/10/2017), pour annoncer par la suite qu’elles auront lieu le 23 décembre 2018 (voir Fides 06/11/2017).
En prenant acte de la nouvelle date de la consultation électorale, les Evêques affirment être « profondément déçus de nous retrouver dans le même contexte de tensions qu’à la fin de l’année 2016. Le peuple ne tolérera pas que cela se répète en 2018 » concluent-ils. (L.M.) (Agence Fides 28/11/2017)
 

PDF