Congo Kinshasa RDC

 
Congo Kinshasa RDC - 02-Feb-2018
Appel de la Conférence épiscopale et de l'Union africaine en faveur de l'application de l'Accord de la Saint Sylvestre pour sortir de la crise
« La solution de la crise politique en République démocratique du Congo se trouve dans l’Accord de la Saint Sylvestre » a réaffirmé le Père Donatien Nshole, Secrétaire général de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), en rencontrant une délégation de la Communauté de Développement de l’Afrique australe (SADC) envoyée à Kinshasa pour « accompagner le processus électoral et la recherche de la paix en RDC ».

« Il y a des dispositions de l’Accord de la Saint-Sylvestre qui ont souffert d’entorses et, sur lesquelles nous ne revenons pas parce que nous sommes réalistes, a déclaré le Père Nshole, se référant à la prévision de l’accord selon laquelle les élections auraient dû se tenir d’ici la fin 2017, afin de surmonter l’impasse intervenue depuis que le second et dernier mandat du Président Joseph Kabila est arrivé à son terme, le 20 décembre 2016, les élections étant maintenant prévues pour le 23 décembre de cette année.
« Mais, il reste des dispositions importantes qui doivent absolument être appliquées pour arriver effectivement aux élections conformément au calendrier » a ajouté le Père Nshole.
L’Accord de la Saint Sylvestre, signé le 31 décembre 2016 grâce à la médiation de la CENCO, prévoyait la constitution d’un gouvernement d’unité nationale comprenant tous les partis d’opposition, qui devait préparer les élections ; la libération des prisonniers politiques et la liberté de la presse et d’expression. Pour demander l’application de ces derniers points de l’accord et pour obtenir l’engagement formel du Président Joseph Kabila à ne pas se représenter pour briguer un troisième mandat, interdit par la Constitution, le Comité laïc de coordination a organisé deux marches dans diverses villes de RDC, la première le 31 décembre et la seconde le 21 janvier, ces deux marches ayant été réprimées dans le sang.
La CENCO a réaffirmé qu’il appartient aux forces de l’ordre s’assurer que les manifestations pacifiques ne dégénèrent pas en violences.
Au terme de leur Sommet, qui s’est achevé le 29 janvier à Addis Abeba, les Chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union africaine ont demandé l’application intégrale des Accords de la Saint Sylvestre, prenant en contre-pied le Président congolais qui, dans son discours au sommet africain, avait laissé entendre qu’il considérait l’accord en question comme dépassé.
Le 31 décembre dernier, le Président du Comité électoral indépendant (CENI), Corneille Nangaa, a annoncé la fin des opérations d’identification et d’inscription des électeurs. Au total, ont été inscrits plus de 46 millions d’électeurs dont 24 millions d’hommes. (L.M.) (Agence Fides 02/02/2018)
 

PDF