Congo Kinshasa RDC

 
Congo Kinshasa RDC - 25-Jan-2018
Annonce de la libération du Père Masinda de la part du Vicaire général du Diocèse de Butembo-Beni
« Le Père Robert Masinda est libre et se trouve en voyage vers l’Evêché » déclare à l’Agence Fides Mgr Laurent Sondirya (et non Emmanuel Mwanapenzi Nyonyu comme nous l’avions écrit hier par erreur), Vicaire général du Diocèse de Butembo-Beni, au Nord Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo.

« Je ne l’ai pas encore rencontré mais il devrait arriver ici dans peu de temps en compagnie de l’autre personne qui était détenue avec lui » précise Mgr Sondirya. Sa libération serait liée au versement d’une rançon.
« Nous ne savons pas qui sont les ravisseurs. Malheureusement, aux vues de la situation de pauvreté d’une grande partie de la population, certains pensent pouvoir recourir aux enlèvements pour obtenir facilement un peu d’argent » déclare Mgr Sondirya, qui confirme la libération de toutes les personnes enlevées en compagnie du Père Robert Masinda le 22 janvier (voir Fides 24/01/2018).
Mgr Sondirya rappelle que deux prêtres sont encore entre les mains de leurs ravisseurs. Il s’agit des Pères Charles Kipasa et Jean Pierre Akilimali, enlevés le 16 juillet 2017 dans la Paroisse Notre-Dame, Reine des Anges de Bunyuka, à la périphérie de Butembo. « Jusqu’à un mois en arrière, les ravisseurs nous permettaient de parler avec eux – révèle-t-il. Maintenant, ils nous disent qu’ils sont vivants mais ne nous permettent plus de parler avec eux. Nous espérons pouvoir les ramener à la maison bientôt » déclare le Vicaire général.
Entre temps, en RDC, la situation sociale et politique demeure tendue après la violente répression, des manifestations organisées dans différentes villes le Dimanche 21 janvier par le laïcat catholique afin de demander au Président, Joseph Kabila, une déclaration par laquelle il s’engagerait à ne pas se porter à nouveau candidat à sa propre succession, dans le respect de la Constitution et des Accords de la Saint Sylvestre 2016.
« Même dans notre Diocèse, on ressent un malaise général de la population et la tension ne fait que croître » confirme Mgr Sondirya. (L.M.) (Agence Fides 25/01/2018)
 

PDF