Brésil

 
Brésil - 01-Mar-2018
Lancement de la Mission frontalière Venezuela, à l'écoute des besoins des vénézuéliens
« Au cours de ces derniers 45 jours, plus de 18.000 vénézuéliens sont arrivés à Roraima et on estime qu’arrivent chaque jour de 300 à 400 personnes, toutes ayant besoin d’information et animées par un grand désir de continuer leur vie dans la dignité. Elles quittent le Venezuela à cause d’une nécessité humanitaire et il est de notre devoir de leur tendre la main et de les accueillir ».

C’est ce que déclare S.Exc. Mgr Mário Antônio da Silva, Evêque de Roraima, commentant les rencontres qu’à compter de ce jour, 1er mars, un groupe de 19 personnes réalisera dans la zone de Boa Vista et de Pacaraima, dans l’Etat de Roraima. Selon les informations parvenues à l’Agence Fides, l’initiative qui se déroulera jusqu’au 4 mars sous le nom de Mission frontalière Venezuela est coordonnée par la Commission épiscopale chargée du trafic d’êtres humains de la Conférence épiscopale du Brésil (CNBB).
La Commission cherchera à connaître la situation vécue par les immigrés vénézuéliens qui fuient actuellement la crise politique et économique de leur pays, cherchant de l’aide en territoire brésilien. « La visite constituera un point d’appui et de réflexion important pour être en mesure d’entreprendre de nouveaux projets et d’aider, avec les autorités publiques, à satisfaire les besoins de cette population » poursuit l’Evêque, qui ajoute : « Il est dramatique de voir que les vénézuéliens arrivent dans notre Etat en ayant besoin de nourriture, d’aide, d’accueil mais aussi d’intégration sur le marché du travail ». Pour cette raison, la Pastorale des migrants et la Pastorale sociale-Caritas ainsi que le Centre pour l’orientation des migrants et des droits fondamentaux, cherchent actuellement à faire de leur mieux pour les aider.
Parmi les activités que la Commission doit effectuer, se trouvent des visites en différents lieux d’accueil et dans des Paroisses, telle que celle du Sacré-Cœur de Jésus, où sont servis 900 repas par jours, ainsi que des rencontres avec des organisations locales et de frontière, comme le Haut Commissariat des Nations unies chargé des réfugiés et autres Institutions de l’ONU, et des représentants du gouvernement de l’Etat. En outre, sera préparé un document d’analyse et de proposition concernant la contribution potentielle de l’Eglise en ce qui concerne l’incidence, l’assistance et la dénonciation de cette situation.
De cette manière, les communautés ecclésiales sous leurs diverses formes – Instituts religieux, Paroisses, agrégations laïcales etc. – ont promu une série d’activités d’accueil et de soutien au profit des vénézuéliens. Cependant, l’action décidée du gouvernement est nécessaire afin d’adopter les mesures ad hoc pour gérer un phénomène migratoire de vastes dimensions (voir Fides 26/01, 10 et 14/02/2018).
L’Etat de Roraima, avec sa population de 350.000 habitants, accueille d’ores et déjà 40.000 vénézuéliens selon les données du Conseil communal. On estime que ce chiffre arrivera à 55.000 en juillet prochain.
Le Haut Commissariat des Nations unies chargé des réfugiés a communiqué par ailleurs que quelques 24.000 vénézuéliens ont cherché refuge au Brésil jusqu’à ce jour. (LG) (Agence Fides 01/03/2018)
 

PDF